Le Sépulcre du lignage de Guiron le Courtois à l’épreuve des réécritures dans le ms. BnF, fr. 358-363*

Véronique Winand, doctorante Università degli Studi di Siena et Université de Liège



Dernier des grands cycles arthuriens en prose française, Guiron le Courtois est également le moins connu d’entre eux : il n’a, en effet, attiré l’attention de la critique qu’à partir de la seconde moitié du XXe siècle, avant de faire l’objet d’un véritable regain d’intérêt ces dix dernières années[1], au point de susciter une entreprise d’édition critique intégrale du corpus, dont les premiers tomes paraîtront sous peu[2].

Le cycle de Guiron vient après les deux monuments que sont le Lancelot et le Tristan en prose : on le date du second tiers du XIIIe siècle (plus précisément, d’entre 1240 et 1270)[3]. Il semble avoir dès l’origine été constitué a posteriori, puisqu’il résulte de l’assemblage de deux romans initialement indépendants – ou, pour le dire plus exactement, de deux romans dont la coprésence résulte toujours de formes dérivées, bien que le second soit lié au premier via des liens d’intertextualité[4]. Ces deux romans sont, d’une part, le Roman de Méliadus, consacré aux aventures du père de Tristan ; de l’autre, le Roman de Guiron, relatant les aventures d’un chevalier jusqu’alors inconnu, nommé Guiron le Courtois. Bien qu’assez différents l’un de l’autre dans leur conception, le Méliadus et le Guiron partagent une caractéristique commune, fondamentale : l’action s’y déroule à la même époque, celle des pères des grands héros arthuriens, au début du règne d’Arthur, avant le début de la quête du Graal.

Comme à peu près tous les romans arthuriens en prose en ancien français, les romans de Méliadus et de Guiron sont transmis par un grand nombre de manuscrits (une quarantaine au total[5]), une caractéristique qui n’est pas sans poser la question des rapports généalogiques pouvant lier ces témoins entre eux. Bien souvent, du moins en littérature arthurienne, ce point n’est que tangentiellement abordé par les éditeurs, qui préfèrent identifier un ou plusieurs « bons » manuscrits dont ils adoptent la leçon en ne la corrigeant qu’en cas d’erreur évidente. Il n’en va pas de même pour Guiron le Courtois : un stemma codicum, c’est-à-dire d’un arbre généalogique de ses témoins conservés, a été dressé pour les différentes parties du cycle. Nous le devons aux travaux de N. Morato (Roman de Méliadus) et de C. Lagomarsini (Roman de Guiron), approfondis et précisés par S. Lecomte et E. Stefanelli dans leurs thèses de doctorat[6].

Cette particularité présente un avantage indéniable lorsqu’il s’agit d’étudier la façon dont un texte évolue au fil d’une tradition, puisqu’elle nous permet de distinguer les interventions imputables au copiste du manuscrit de celles de ses prédécesseurs. Elle nous permet également de tenter, en suivant des principes ecdotiques précis, de fournir au lecteur un texte critique dont la leçon puisse être aussi proche de celle de l’archétype qu’il est raisonnablement envisageable, ce qui constitue un avantage certain lorsqu’il s’agit d’étudier un témoin tardif et interventionniste tel que le ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, français 358-363.

Quelques notes sur le ms. BnF, fr. 358-363

Le manuscrit BnF, fonds français 358-363 est une énorme somme guironienne réalisée dans le dernier quart du XVe siècle sur commande du bibliophile flamand Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuuse. Il s’agit du seul manuscrit arthurien qu’il ait commandé et non acheté[7]. L’ouvrage, dont les six volumes comptent un total de 2059 folios, se présente comme l’expansion extrême d’une somme guironienne préexistante, dite « de Louis de Bourbon », relatant d’une part les enfances, c’est-à-dire les exploits de jeunesse, et, d’autre part, la vieillesse puis la mort du héros éponyme. Nous avons donc affaire à un témoin plutôt innovateur, aussi bien en ce qui concerne le macro- que le microtexte[8].

Témoin tardif, le manuscrit 358-363 constitue également l’un des aboutissements d’une tendance de la tradition textuelle à l’expansion, sans cesse accrue, du corpus guironien, tentant d’englober, voire de phagocyter, le reste de la matière arthurienne, des origines à l’apogée du règne d’Arthur, sans toutefois s’étendre jusqu’à la chute du royaume de Logres : sa continuation interpole ainsi, plus ou moins maladroitement, des réécritures d’extraits du Tristan en prose et du Lancelot en prose (en particulier l’épisode de la Fausse Guenièvre), deux passages des Prophéties de Merlin (Alexandre l’Orphelin et le Tournoi de Sorelois) et une importante fraction de l’Érec en prose[9].

L’épisode de la caverne et la sépulture des ancêtres de Guiron au fil de la tradition

L’épisode dit « de la caverne », l’un des plus célèbres et des plus commentés du Roman de Guiron[10], est présent dans tous les témoins de la seconde partie dudit roman et relate une mésaventure advenue à Bréhus sans Pitié, chevalier félon et misogyne, d’ordinaire particulièrement cruel avec les femmes, mais alors aveuglé par l’amour qu’il porte à celle qui finira par lui rendre la pareille : elle ne le séduit que dans l’intention de le trahir, voire de le tuer.

Lors d’une étape de leur longue errance en forêt, la jeune fille lui signale l’entrée d’une grotte où elle prétend avoir vu des demoiselles. Bréhus, aveuglé mais enhardi par l’amour, n’y voit qu’une occasion de démontrer sa prouesse : s’il y a des demoiselles, il doit égament y avoir des chevaliers à affronter. Une fois Bréhus au fond de la grotte, la traîtresse enlève l’échelle qui lui avait servi à descendre, arguant que s’il était si prompt à aller rejoindre d’autres demoiselles, il peut bien y rester. Après un moment d’abattement, Bréhus commence à explorer les environs, en quête d’une issue. Il découvre bientôt que la grotte en question est le sépulcre d’une famille d’anciens chevaliers, le lignage de Fébus le Fort, et il y rencontre un vieil ermite : le grand-père de Guiron le Courtois. Après une longue discussion, l’ermite guide Bréhus sans Pitié vers une issue de la grotte et lui permet d’en sortir.

Dans le Roman de Guiron, l’épisode de la caverne joue un rôle clé : c’est l’endroit où, pour la première fois, le lecteur prend connaissance du lignage du héros. Guiron, en effet, est un chevalier humble et particulièrement taciturne, qui tend à garder l’anonymat autant que possible. Rares sont donc les personnages qui connaissent son identité : il ne l’a révélée qu’à son ami et compagnon d’armes Danain le Roux. D’autres chevaliers l’ont connu près de quinze ans plus tôt : alors qu’encore jeune, il accompagnait un célèbre chevalier des temps anciens nommé Galehaut le Brun. Mais Guiron, emprisonné pendant plus d’une décennie, passait pour mort. Si certains de ses contemporains pouvaient donc se souvenir vaguement de ce jeune homme et supposer son identité grâce à ses armes, identiques à celles de son défunt ami Galehaut, ils ne pouvaient affirmer avec certitude qu’il s’agissait bien de lui. Le lecteur lui-même ne connaît d’ailleurs l’identité de Guiron que grâce à l’intervention du narrateur.

Lecteur et personnages, Guiron inclus, ignorent en revanche de quel lignage il est issu, comme le prouvent plusieurs passages du roman et de ses textes satellites. Ainsi, dans le Roman de Guiron, Bréhus déclare au vieil ermite qu’il ignore l’identité de celui qu’il considère comme le meilleur chevalier du monde ; l’ermite s’en étonne, puis comprend qu’il s’agit de son petit-fils et révèle à Bréhus les informations relatives à son lignage : il descend des lignages de Clovis et de Joseph d’Arimathie, il serait roi légitime de France si Pharamond ne s’était pas emparé de la couronne, et ce sont ces ancêtres qui reposent dans la grotte :

Sire, ce li a dit Brehuz, se Dex me doint bone aventure, com ge ne sai son non, ne ge ne croi q’il ait orendroit en tout le roiaume de Logres trois chevaliers qi le sachent, qar il se vet si durement celant en touz les leus ou il vient qe jamés a home del monde ne velt riens dire de son estre, et qi li demande son nom jamés n’a response de lui en tel mainere q’il le sache. Et s’il est entre chevaliers, il est si humbles et si peisible, si coiz et si muz et si teisanz qe jamés ne dit mot del monde, ne jamés de nul fait q’il face ne tendra parlement.
Dex aïe, coment puet ce estre qe l’en ne set le non de si bon chevalier com est celui dont vos parlez? – Sire, fet il, ensint est. Coment le poom nos savoir, puisq’il ne le velt dire? – Or me dites, fet li preudom, combien a q’il comence a porter armes? – En non Deu, fet Brehuz, j’ai entendu par aucuns qe il puet bien avoir qinze anz q’il porta premierement armes. – Dex aïe, fet li preudom, coment puet donc estre qe vos ne seustes sun non? – Sire, fet Brehuz, ge le vos dirai. Alcuns qi orendroit le vont auques reconoisant dient q’il a bien esté en prison diz anz et plus.
En non Deu, sire, fet Brehuz, oïl. – En non Deu, fet li preudom, donc sai ge bien qi il est; ge nel vi puisq’il n’avoit pas cinc anz et q’il fu ceienz aporté. […] Or sachiez, fet li bons hom, qe vos avez veu sun besaiol: ce fu le grant chevalier qe vos trouvastes dedenz le riche lit et ge sui son aiol, qar ge fui fil de celui qe vos veistes; et ge ai ceienz un mien fil qi leissa tout le monde por tenir moi conpaignie […] si est pere proprement de celui bon chevalier dont vos parlastes orendroit; et celui bon chevalier si est apelez Guron, ce ne sai ge se vos onqemés en oïstes parler.

(Roman de Guiron, §XXX, éd. Stefanelli)

Dans une ancienne Continuation du Roman de Guiron, transmise uniquement par quelques manuscrits d’origine italienne, Hélianor de la Montagne déclare également ignorer l’identité de Guiron :

Mes, se Dex me doint bone aventure, onqes ne poi savoir de qel lignage il fu, qar, qant il venoit entre nos, il ne disoit jamés parole. Et ge croi bien se ne fust Galeot le Brun qi le comença a blasmer de ce qe il estoit toutesvoies si cois et si muiz q’encore ne seust il parler si com sevent autres chevaliers. Mes des lor sanz faille ne se pooit prendre [a lui] nul autre chevalier, fors seulemant Galeot le Brun.

(Continuation du Roman de Guiron, §248, éd. Veneziale)

Et dans les Aventures des Bruns, une compilation d’aventures de membres du lignage de Guiron attribuable à Rusticien de Pise[11], un interlocuteur d’Uterpendragon émet des hypothèses sur son origine :

Sire roy, fait il, sachiez tout vraiement que vous avez veu en cestui jour la graigneur merveille que vous veistes oncques mais, c’est de cellui chevalier qui a abatu devant vous tant de bons preudommes. Et dire pouez tout seurement se il est aussy bon chevalier a l’espee comme il est de glayve, car sommeement se peult tenir au meileur chevalier du monde. Mais sans faille, je ne puis cuider qui yl soit, fors seulement que je cuide qu’il soit du lignaige a ceulx de Brun, qui sont en l’Isle Non Sachant, car nul autre chevaliers hors de ceaus ne pourroit avoir fait ce que cestui a fait.

(Aventures des Bruns, §84, éd. Lagomarsini)

L’hypothèse d’un lien de parenté entre Guiron et son ancien compagnon d’armes Galehaut le Brun, qui n’est donc pas donnée dans l’épisode original du roman, aura une grande fortune dans la tradition tardive de l’œuvre, notamment C’est d’ailleurs le cas dans notre continuation, lorsque Guiron se rend au château du Val Brun, terre du lignage de Galehaut :

Et lors se mirent au chemin devers le chastel de Valle Brun, desirans de le trouver, et tant chevaulcherent sans adventure trouver qui a raconter face qu’ilz arriverent au chastel de Valle Brun, ce que tant avoient desiré. Et lorsqu’ilz furent illec parvenus, il n’est nul quil creust la grant chiere qui leur fut faitte. Si descendirent de leurs chevaulz, si les firent mettre es estables, et puis ilz furent menez en une belle chambre pour les faire desarmer. Et lorsqu’ilz furent desarmez, incontinent congneurent Guiron, et bien sçavoient qu’ilz estoient du lignaige Gallehault le Brun leur seigneur, dont se grant chiere lui avoient faitte le jour devant, encores lui firent elles aprez greigneur et lui dirent que depuis la mort du filz Gallehault le Brun, leur desir n’avoit esté sinon de trouver aulcune personne du lignaige pour la seigneurie maintenir.

(Continuation de BnF, fr. 358-363, transcription personnelle)

Ce rapide passage en revue des extraits relatifs au lignage de Guiron est ainsi riche d’informations sur la perception du héros qu’ont les autres personnages de la diégèse, mais aussi sur ce que le lecteur peut savoir de lui, éclairant le rôle clé de l’épisode de la caverne. 

Les réemplois de l’épisode dans la Continuation de BnF, fr. 362-363

La façon dont le Roman de Guiron s’achève est probablement la caractéristique la plus connue de ce texte : tous les grands chevaliers étant morts, malades ou prisonniers, l’histoire s’achève sur les interrogations du narrateur : et maintenant, de qui parler ? Qui viendra délivrer les survivants ? Pareil cliffhanger est facilement interprété comme une invitation à poursuivre l’histoire, en rédigeant des continuations.

Celle de notre manuscrit BnF, fr. 358-363 doit commencer par libérer le héros, ce que fait Lancelot assez rapidement. Une fois libre, Guiron se lance dans une première quête : retrouver son compagnon d’armes Danain, dont il s’est séparé des années plus tôt à un carrefour, suivant la coutume des chevaliers errants. Durant cette quête, il sauve la vie de Bréhus sans Pitié : c’est la première fois que ces deux personnages se rencontrent depuis l’aventure de la caverne, donc Bréhus a d’importantes révélations à faire à Guiron concernant son identité. Il lui raconte toute l’aventure, ce qui ne manque pas de susciter l’intérêt de son interlocuteur. Évidemment, Guiron veut revoir son père et son grand-père, mais là n’est pas sa priorité. On pourrait s’en étonner, puisque le père et le grand-père de Guiron sont extrêmement vieux ; mais à la réflexion, c’est compréhensible et justifiable du point de vue de la narration.

En effet, si Guiron se rend dans la caverne où reposent les siens, la logique familiale voudrait qu’il y reste reclus, devienne ermite et y finisse ses jours ; d’ailleurs, c’est ce qu’il fera. Guiron ayant pris sa retraite, l’histoire s’arrête forcément ; or, elle vient à peine de recommencer. Le continuateur dévie donc la quête. Guiron cherche et trouve Danain, puis part à la recherche d’un autre endroit important dans sa construction identitaire : le château du Val Brun, celui dont était seigneur son vieil ami et ancien compagnon Galehaut. Il y tient un pas d’armes très long en guise d’apothéose à sa carrière de chevalier. Ce dernier grand exploit accompli, Guiron peut se mettre à la recherche de la caverne, où il ne retrouve que son père, son grand-père étant décédé entretemps.

Le choix du château du Val Brun comme avant-dernière étape de la carrière chevaleresque de Guiron n’a rien d’anodin. Dans la Continuation, en effet, Guiron suit à rebours le parcours de la première moitié de sa vie, comme nous pouvons le mettre en évidence en retraçant les grandes lignes de son parcours :

  1. Une étape « familiale » : sa naissance, la perte de sa mère, l’abandon de son père
  2. Une étape de formation : son compagnonnage avec Galehaut le Brun
  3. Un séjour en prison, qui prend fin lorsque commence le Roman de Guiron
  4. Un compagnonnage avec Danain le Roux, au centre du Roman de Guiron
  5. Un séjour en prison, marquant la fin du Roman de Guiron
  6. Une quête de Danain le Roux, qui s’achève sur la mort de ce dernier
  7. Une quête du château du Val Brun, terre de Galehaut
  8. Une quête de la caverne familiale, où il retrouve son père

Ces effets de symétrie, que nous nous contentons ici de souligner, mériteraient d’être étudiés plus en détail, une fois l’édition critique du cycle disponible, car ils sont susceptibles d’éclairer les procédés narratifs auxquels a recouru l’auteur-remanieur. Cette étude sera d’autant plus nécessaire que la Continuation de BnF, fr. 358-363 repose sur une imbrication étroite d’épisodes guironiens originaux et de réécritures d’épisodes tirés des autres principaux romans arthuriens, comme nous l’avons dit ci-dessus.

            Il est donc trois fois question de la caverne où reposent les ancêtres de Guiron dans notre continuation : d’abord dans l’épisode original du Roman de Guiron, puis dans le récit de Bréhus sans Pitié à Guiron, et, enfin lorsque Guiron s’y rend en personne. À ces trois occasions, une description des lieux est fournie, nous invitant à les comparer afin de souligner des aspects de composition et de transmission du texte. Nous nous concentrerons sur la description de l’une des pièces de la grotte, celle où repose la demoiselle ; le lecteur trouvera en annexe au présent article les trois passages du texte.

Commençons par le développement de la visite de la grotte : après y être entré d’une manière ou d’une autre, le protagoniste avance et découvre une première chambre, petite mais extrêmement luxueuse, où repose le corps d’un chevalier très grand ; à côté de lui se trouvent ses armes, énormes elles aussi, au point de susciter l’admiration du visiteur. Si nous nous intéressons aux termes employés, nous pouvons remarquer que, d’une occurrence à l’autre, les descriptions sont cohérentes et se reprennent quasi mot à mot, les descriptions des deux épisodes « bréhusiens » étant plus semblables entre elles que celle de l’épisode guironien.

Il en va de même pour la deuxième pièce de la grotte, où repose le corps d’une demoiselle. À nouveau, les descriptions des lieux sont cohérentes, d’autant plus que c’est la pièce aux aspects les plus fantasmagoriques[12] de tous : on y trouve en effet des oiseaux mécaniques d’or et d’argent qui chantent une mélodie d’abord triste, puis joyeuse, puis triste, dès qu’on secoue le lit sur lequel repose le corps de la jeune fille. Les trois descriptions s’accordent sur la description de la merveille : c’est une très petite pièce, mais tellement merveilleuse que même Kamaalot en serait indigne, au milieu de laquelle repose le corps remarquablement bien conservé d’une jeune femme aux longs cheveux blonds. Les descriptions s’attardent toutes trois sur la merveille de l’arbre aux oiseaux mécaniques, comme on pourrait s’y attendre. La demoiselle aussi tient une lettre en main – nous y reviendrons.

Passons rapidement sur les autres pièces de la grotte. Dans la troisième, l’on trouve quatre tombes fermées garnies d’inscription très simples : « Ci gît Untel, fils de Phébus le Fort », c’est-à-dire du chevalier mort de la première chambre. À ces quatre inscriptions s’ajoute une note précisant pourquoi ils ont été ensevelis sous une tombe, contrairement au chevalier et à la demoiselle. La quatrième pièce ne contient que des armures, selon les récits de Phébus ; le récit de Guiron n’en fait pas mention. Quant à la cinquième, elle est spartiate, mais porte des traces de vie : le visiteur comprend qu’il y trouvera un ermite.

Les textes des briefs, c’est-à-dire des cartouches que tiennent en main les cadavres, ainsi que des inscriptions présentes dans la caverne, sont très intéressants : l’on s’attendrait a priori à trouver le même texte répété à l’identique à trois reprises, puisque scripta manent. Mais là où les descriptions des lieux sont très cohérentes et fidèles, celle des textes que contiennent les briefs et les inscriptions sur les tombes changent radicalement d’une occurrence à l’autre : on va même jusqu’à passer de la prose (visite et récit de Bréhus) au vers (visite de Guiron). Il est difficile de proposer une explication à cette particularité, mais cet élément vaut la peine d’être souligné.

Ces variations très fortes des briefs d’une occurrence à l’autre au sein du même manuscrit nous informent en effet sur les dynamiques de composition de notre continuation : il n’est pas question ici de copier trois fois exactement le même texte, c’est-à-dire de retourner en arrière dans le modèle ou dans le manuscrit pour retrouver les termes précis dans lesquels chacune des lettres était écrite, mais de réécrire à deux reprises le contenu du brief. Ce choix, loin d’être celui du moindre effort, ne peut cependant pas être motivé par une indisponibilité de la source (même en imaginant, par exemple, que les volumes précédents aient été remis au commanditaire, il n’en demeure pas moins que deux occurrences de l’épisode sont présentes dans le ms. 363 et que le modèle du Roman de Guiron devait encore être accessible à notre continuateur), ce qui nous invite à penser qu’il relève d’une volonté délibérée de broder deux variations sur le thème de l’épisode de la caverne. La présence de remaniements profonds et de résumés d’autres romans arthuriens au sein de la même continuation nous conforte ultérieurement dans cette opinion.

L’examen des réemplois de l’épisode de la caverne dans la continuation du ms. 358-363 permet d’observer comment la réappropriation d’épisodes-clés liés à des lieux précis dans le roman original de Guiron le Courtois a été opérée de façon à construire une suite cohérente des aventures du héros, tout en nous informant sur les processus mis en œuvre lors de la composition du texte. Il y a fort à parier qu’une étude plus détaillée du texte, une fois l’édition critique entièrement disponible, nous apportera de précieuses informations supplémentaires sur ces techniques d’écriture. En attendant, nous nous contenterons d’en signaler l’intérêt dans l’étude des processus de continuation des romans arthuriens en prose.



* Nous remercions chaleureusement C. Lagomarsini, N. Morato, A. Schoysman, E. Stefanelli et M. Veneziale de nous avoir autorisée à citer des passages inédits de l’édition critique en préparation du corpus guironien, ainsi que de leurs commentaires précieux lors de la préparation de notre communication et du présent article.

[1]Au cours de la seconde moitié du XXe siècle et tout spécialement sous l’impulsion de R. Lathuillère, auteur de l’essai pionnier Guiron le Courtois. Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966, quelques thèses de doctorat et mémoires de maîtrise ont été dédiés à Guiron le Courtois, mais sont demeurés inédits, à l’exception du récent volume de V. Bubenicek (Guiron le Courtois. Roman arthurien en prose du XIIIe siècle, Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie 363, Tübingen, Niemeyer, 2015), issu de sa thèse de doctorat (1985). Citons néanmoins le petit volume Guiron le Courtois. Une anthologie, sous la dir. de R. Trachsler, éd. et trad. S. Albert, M. Plaut et F. Plumet, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004. (Pour un aperçu plus approfondi de l’histoire de sa fortune critique du XIXe siècle à nos jours, voir Morato N., Il ciclo di Guiron le Courtois. Strutture e testi nella tradizione manoscritta, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Franceschini, 2010, pp. XVII-XXVIII.) Ce n’est qu’en 2010, avec la parution de trois thèses de doctorat défendues deux ans plus tôt (Albert S., « Ensemble ou par pièces ». Guiron le Courtois (XIIIe-XVe siècles) : la cohérence en question, Paris, Champion, 2010 ; Morato N., Il ciclo di Guiron le Courtois. Strutture e testi nella tradizione manoscritta, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Franceschini, 2010 ; Wahlen B., L’Écriture à rebours. Le Roman de Méliadus du XIIIe au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010) que les études guironiennes ont connu un nouvel élan.

[2]L’édition critique intégrale du corpus constitue l’un des objectifs principaux du Gruppo Guiron, groupe de recherche international basé à la Fondazione Ezio Franceschini (Florence), dirigé par L. Leonardi et R. Trachsler et coordonné par N. Morato. Elle sera réalisée par L. Cadioli et S. Lecomte (Roman de Méliadus), C. Lagomarsini et E. Stefanelli (Roman de Guiron), B. Wahlen (Continuation du Roman de Méliadus), M. Veneziale (Continuation du Roman de Guiron), M. Dal Bianco (Suite Guiron) et V. Winand (raccords cycliques).

[3] Sur la datation de Guiron le Courtois, voir Lathuillère 1966, chap. III, dont les conclusions sont reprises par le reste de la critique. Le terminus post quem de la composition des deux branches principales qui le composent est fixé par la date de composition du Tristan en prose (vers 1230), auquel elles font toutes deux référence ; le terminus ante quem de la première branche, le Roman de Méliadus, par une lettre datée de 1240 où est mentionné un « liber Palamides » (son titre alternatif) ; celui de la deuxième branche, le Roman de Guiron, et du cycle par la même occasion, par la datation des plus anciens manuscrits la transmettant (Marseille, Bibliothèque municipale, 1106 ; Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3325 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, français 350), qui remontent tous à la fin du XIIIe siècle et qui sont tous cycliques.

[4] À ce propos, voir en particulier Albert 2010, chap. II ; Morato 2010, chap. iv-v et, du même auteur, « La formation et la fortune du cycle de Guiron le Courtois », in Le Cycle de Guiron le Courtois. Prolégomènes à l’édition intégrale du corpus, L. Leonardi & R. Trachsler (dir.), éd. L. Cadioli et S. Lecomte, Paris, Garnier, 2018, p. 179-248.

[5] L’on trouvera une liste complète des témoins de Guiron le Courtois dans Le Cycle de Guiron le Courtois, p. 7-8, ainsi que des descriptions plus approfondies des témoins sur la base de données Medieval Francophone Literary Culture Outside France [En ligne : http://www.medievalfrancophone.ac.uk/textual-traditions-and-segments/guiron/].

[6]Morato 2010, chap. VI ; Lagomarsini C., « Pour l’édition du Roman de Guiron. Classement des manuscrits », in Le Cycle de Guiron le Courtois, p. 249-430 ; Lecomte S., Le Roman de Méliadus. Étude et édition critique de la seconde partie, thèse de doctorat, Université de Namur et Università degli Studi di Siena, 2018, p. 49-119, dactyl. ; Stefanelli E., Il « Roman de Guiron ». Edizione critica (parziale) con uno studio sulle principali divergenze redazionali, tesi di dottorato, Università di Siena, 2016, chap. III, dactyl.

[7] Pickford C. E. , L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Age, d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque nationale, Paris, Nizet, 1960, p. 280.

[8] Comme l’a mis en évidence N. Morato dans sa recensio du Roman de Méliadus (Il Ciclo di Guiron le Courtois, chap. VI).

[9]Sur les contenus et la structure de notre continuation, voir Lathuillère 1966, p. 126-129 et 433-464 ; Les Aventures des Bruns. Compilazione guironiana del secolo xiii attribuibile a Rustichello da Pisa, ed. C. Lagomarsini, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Franceschini, 2014, p. 44-50 ; Wahlen B., « Du recueil à la compilation : le manuscrit de Guiron le Courtois, BnF, fr. 358-363 », Ateliers 30, 2003, p. 89-100 ; Arioli E., Ségurant ou le Chevalier au Dragon. Roman arthurien inédit (XIIIe-XIVe siècles), Paris, De Boccard, 2016, p. 33-36 ; Morato N., « Formation et fortune », p. 225-226 ; nous préparons également un article à ce propos (« Le ms. Modena, Biblioteca Estense Universitaria, α.W.3.13 : une structure cyclique alternative de Guiron le Courtois »). Sur les interpolations à proprement parler, voir Koble N., Les Prophéties de Merlin en prose. Le roman arthurien en éclats, Paris, Champion, 2009, p. 49-52 et 57-58 ; Wahlen B., « Adjoindre, disjoindre, conjoindre. Le recyclage d’Alixandre l’Orphelin et de l’Histoire d’Erec dans Guiron le Courtois. », dans A. Combes et M. Szkilnik (éds), Le Texte dans le texte. L’interpolation médiévale, Paris, Garnier, 2013, p. 235-247. Voir également les introductions aux éditions d’Alixandre l’Orphelin (Alixandre l’Orphelin. A Prose Tale of the Fifteenth Century, éd. C. E. Pickford, Manchester, Manchester University Press, 1951) et de l’Érec en prose (L’Histoire d’Érec en prose. Roman du XVe siècle, éd. M. Colombo Timelli, Genève, Droz, 2000).

[10] L’épisode a été édité à deux reprises : d’abord, in extenso, par A. Limentani (Dal Roman de Palamedés ai Cantari de Febus el Forte, Bologna, Comissioni per i testi di lingua, 1962, p. 24-188) ; ensuite, partiellement, par S. Albert dans l’Anthologie (p. 87-149). Son importance au sein de la diégèse a, quant à elle, été commentée par la même S. Albert (« Brouiller les traces. Le lignage du héros éponyme dans le Roman de Guiron », in Chr. Ferlampin-Acher et D. Huë (dir.), Lignes et lignages dans la littérature arthurienne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 73-84 ; « Ensemble ou par pièces », p. 68-73 et 316-343), par V. Bubenicek (« Quelques figures de rois chevaliers errants dans le roman en prose de Guiron le Courtois », Bien dire et bien aprandre 17, 1999, p. 49-61) et par M.-L. Meneghetti (« Palazzi sotterranei, amori proibiti », Medioevo Romanzo 12, 1987, p. 443-456). La fortune iconographique de l’épisode a quant à elle été étudiée par J. Pourquery de Boisserin (« Guiron le Courtois : le lignage et sa représentation iconographique dans l’épisode de la caverne », in Chr. Ferlampin-Acher et D. Huë (dir.), Lignes et lignages dans la littérature arthurienne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 115-126).

[11] Sur l’attribution à Rusticien de Pise, voir Les Aventures des Bruns, chap. 4-5. Certains aspects de cette démonstration ont ensuite été remis en question par E. Arioli, « Nouvelles perspectives sur la Compilation de Rusticien de Pise », Romania 136, 2018, p. 75-103, suscitant une réponse de C. Lagomarsini : « Perspectives anciennes et nouvelles sur les Compilations de Rusticien de Pise et le Roman de Ségurant » Romania, à paraître.

[12] Une remarque à propos du tombeau de la demoiselle : il s’agit de l’une des rares occurrences de tombeau arthurien décrit avec précision qui ne soit pas véritablement magique (contrairement, par exemple, à celui de Lancelot l’Ancien dans le Lancelot-Graal ou de Merlin dans les Prophéties de Merlin). L’arbre aux oiseaux chanteurs n’est, en effet, pas le fruit d’un enchantement, mais de l’art habile de la demoiselle, qui l’a conçu comme un instrument à vent, ce qui le rapproche plutôt des chevaliers-automates de cuivre de la matière de Rome. Sur le merveilleux scientifique dont l’arbre aux oiseaux relève, voir la thèse de F. Sciolette : « Si fai autres merveilles par art mover. » Incroci tra forme di sapere, meraviglioso e rappresentazione, tesi di dottorato, Università di Roma “La Sapienza”, 2019, dactyl.

 


Annexe 1 : la chambre de la demoiselle dans le Roman de Guiron (épisode de la caverne)

Qant il est venuz a cele chambre, il voit qe la chanbre estoit si estrangement bele de toutes les biautez qi en chambre porroient estre qe, qant Brehuz est dedenz entrez, il dit a soi meemes qil li semble qe ce soit songe quil ait trouvé, qar dedenz Camalot, s’il i fust orendroit, ne li est pas avis qil peust en nulle mainere trouver si bel chambre com estoit ceste: tant i avoit voirement qe petite estoit, mes de toutes autres biautez ele avoit tant qele ne peust estre plus belle en nulle guise de cest monde. Et ele estoit toute reonde et ovree a or e a pierres precieuses si merveilleussement qun bien riche home fust touz encombrez de fornir une si riche chambre com cele estoit. El mileu de cele chambre avoit un lit assez plus riche et plus merveilleus qe n’estoit li liz de l’autre chambre, qar il estoit fet par si grant mestrie qe sor chascun des qatre qepolz del lit avoit un arbre de coivre tout crues. A chascun arbre avoit moltes branches, sor chascune branche avoit deus oissellez ou trois de coivre les uns et les autres d’argent et estoient tuit fet en cele meesmes maniere com s’il vauxissent proprement voler et si soutillement qu’il sembloit que cascun fust tot vif, et cascun estoit paint de diverses coulours. Et il estoient tuit fet par tel merveille qe, tantost com l’en movoit le lit, maintenant issoit de chascun oisel voiz, si qe tuit li oisel chantoient adonc tuit ensemble. Selonc ce q’il estoient plus gros les uns des autres, si gitoient plus groses voiz, si qe ce estoit un grant solaz et un grant desduit qe d’oir les vois de celui lit. Dedenz le lit gisoit une damoisele toute vestue, qi morte estoit ja avoit grant tens passe, mes encore estoit toute entiere et si bele sanz faille com damoisele morte de grant tens porroit estre. Encor avoit ele touz ses membres entieres e avoit encore si bel chevels en sa teste et si blons com se ele fust toute vive et com s’il eussent este pigniez celui jor meemes. Et q’en diroie? Ce estoit ausint com un desduit qe de veoir ses chevels qi estoient si loncs q’il li avenoient dusq’as piez.
            Adam fu nostre premier pere. Pere fu de touz mortex homes ; et tout avant q’il fust digne de mort avoir, recut il mort par le conseil nostre premiere mere, ce fu Evain. Ausint avint de cel chevalier qi leienz gist: Adam si fu pere des homes et cist sanz faille si fu pere de touz chevaliers, qar devant lui ne apres lui ne fu nul si bon chevalier; et si morut par mun conseil et por achoison de moi. Doulente, mi conseil faux et desloial le fist morir. Ausint morut Adam por le conseil Evain la triste, porqoi ge di qe bien fumes auqes pareilles entre moi et Evain, qar ele ocist le premier pere de trestouz homes et ge ocis le premier pere de trestouz les bons chevaliers qar, au voir dire, entre touz les bons chevaliers crestiens, ne fu nul si bon chevalier com fu cestui devant ce q’il portast armes, ne a sun tens meesmement, ne puis ne fu nul autretel, ne james, voir, si com ge croi, ne sera nul autre si bon. Il morut por amor de moi et ge por soe amor fui morte. Et porce qe ge a sun vivant ne li fis joe ne solaiz fors par autrui, ausint ne faz ge ore a sun cors solaz se par autrui ne vient. Se li venz fiert en ceste chambre, li oiselet qi demorent entor moi vont plorant la soe mort en tel chant com il poent dire. Ge, lasse! ne la puis plorer la soe mort. Ge la plorai tant com ge poi. Tant la plorai qe g’en fui morte. Et qant ge ne la puis plorer, mes oevres si la vont plorant et regretant en lor chancon: ces oiselez, qe ge fis de mes propres mains, vont regretant le bon Febus. Et qant il ont por lui chante une grant piece, donc plorent il comunement la soe mort. Le comencement de lor chant si est de plor et puis retorne del tout a joie et a la fin retorne en plor.

(Roman de Guiron, §89-91, éd. E. Stefanelli, à paraître)

Annexe 2 : la chambre de la demoiselle dans le récit de Bréhus sans Pitié

Je regarday ung pou plus avant, si vey une aultre chambre. Lors alay celle part pour veoir quelle chose je trouveroie layens. Et quant je parvins jusques en la chambre, je la vey tant belle que merveilles, mais elle estoit assez petite, mais tant estoit richement ouvree que mieulx ne pouoit. Et ou milieu de ceste chambre avoit ung lit assez plus riche que le lit de la premiere chambre, car il estoit fait de si grant maisitrise que a chascun des .IIII. bous avoit ung arbre de cueuvre, et a chascun arbre avoit moult de branches sur lesquelles branches avoit sur chascune deux oyseles ou .III., l’ung d’or, l’autre d’argent, et estoient tous fais en ceste meisme maniere comme s’ilz voulsissent voller, et si soubtillement qu’il sembloit a tous ceulz qui les regardoient qu’ilz vollassent et fussent tous vifz, et estoient chascun poins de diverses couleurs et fais par telz merveilles que quant l’on mouoit le lit, que incontinent issist voix de chascun oyselet, sique c’estoit moult grant soulas a oyr, car ilz chantoient adont ensemble et selon qu’ilz estoient plus gros les ungz des aultres gettoient ilz plus grosse voix qui moult estoit plaisant a oyr.
Ainsi et par telle maistrie comme je vous ay conté estoit fait le lit et couvert d’ung drap de soye moult durement riche, car il estoit batus a or. Et dedens le lit gesoit une damoiselle trop durement belle, qui morte estoit ja avoit grant temps, mais encores estoit toute entiere, si belle comme damoiselle pouoit estre, et avoit encores tout ses membres entiers, et aussi beau chief comme se elle fust vive. Les cheveulz de son chief lui aloient jusques aux piedz. […]
Adam fut nostre premiere pere, et de tous morteulz hommes, et reçupt mort ains qu’il fust digne de mort, par le conseil de Eve nostre premiere mere. Ainsi advint il du chevalier qui illec gist mort, car ainsi comme Adam fut pere de tous chevaliers, car aprez lui ne devant n’en fut nulz de sa bonté, tant qui touche a prouesse.
Or est ainsi que par l’occasion et conseil de moy, dolente, morut tant qu’il en sera memoire, tant comme l’istoire durera, comme semblablement Adam nostre premier pere morut par le conseil et maulvais engin de la perverse femme Eve, sa femme et espouse qu’il crut moult fermement, dont il en pecha mortellement, car Nostre Seigneur Jhesu Crist lui avoit deffendu qu’il ne mengast point de la pomme sur payne de pechié mortel, et il fist tout du contraire par l’ennortement et advertence de laditte Eve son espouse, par laquelle similitude je dis que la perverse Eve et moy fusmes cause de tant de maulz et aucques pareilles en malviolence accomplissant, elle par la deception d’Adam nostre deception et horrible trahison que je fiz au tres pieu et vaillant chevalier, car elle occist et mist a mort le premiere pere de tous les hommes qui furent, qui sont et qui seront en tout le monde regnant ; et moy, par ma tres grande deception et malviolence, occis le premier pere de tous les preux chevaliers du monde, car au voir dire c’estoit le meilleur chevalier du monde a son temps, ne devant lui ne aprez n’en fut oncques nul meilleur ne plus heureux d’armes en toutes manieres d’armes, ne qui mieulx acomplesist toutes les merveilleuses battailles et tournois ou qu’il allast, et sembloit proprement qu’il fust inspiré de la grace divine ou qu’il le feist par aulcun enchantement. Et sachiez qu’il morut pour l’amour de moy et je pour la sienne, pourtant que a son vivant ne lui fis joye ne soulas que par aultrui, aussi fais je apres sa mort a son corps par aultrui, car sitost que le vent fiert en ceste chambre les oyseaulz qui sont entour moy regretent sa mort en telle maniere comme dire le sceut, et moy, lasse et perverse, ne puis nullement plourer ne gemir en mon cuer, car je suis tant fourment obstinee en mon malvais et decepvable pechié qu’il n’est point en ma puissance que je puisse mon cuer convertir n’atendrir nullement, tant que je puisse lamenter de la fontaine du cuer. Et se je commence a plourer des yeulx, si sera ce par ma tres malvaise fiction et similitude, mais je le plouray tant et si largement comme je pourray et tant que en la parfint je fus toute morte au siecle.
Doncques, puisque ainsi est que je ne le puis plourer, mes oeuvres le vont plourant et regretant, le bon Phebus. Et quant ilz ont chanté une grant piece, adonc pleurent ilz sa mort, dont le commencement de leur chant est de plours et incontinent tourne en joye, et puis a la fin en pleurs.

(Continuation de BnF, fr. 358-363, §259, transcription personnelle)

Annexe 3 : la chambre de la demoiselle vue par Guiron le Courtois

Si treuve qu’elle estoit trop plus belle et trop plus riche que nulle des aultres chambres. Il se regarde et voit droit ou milieu de la chambre ung lit de trop merveilleuse fachon, tel que oncques en sa vye il n’ot oy parler du pareil, car a chascun cornet du lit y avoit ung arbre de cuivre tant richement ouvré que merveilles, car les branches et les fueilles estoient dorees de fin or, et sur chascune branche y avoit deux ou trois oizillons, les ungz grans, les aultres moindres, ouvrez moult ingigneusement, les ungz grans et aultres painctz de diverses couleurs. Et sitost que le vent se boutoit dedens les oyseaulz, ilz gectoient chants, les ungz gros, les aultres mendres, selong ce qu’ilz avoient de grandeur. Et tantost que l’on touchoit au lit quelque pou, ilz commençoient a chanter tous a une foiz moult melodieusement, dont Guiron est tant esmerveilliés qu’il ne scet qu’il doive dire.
Quant il a bien regardé ce lit entour et environ, il voit qu’il y avoit une damoiselle couchié dessus. Et adont lui estoit il bien advis qu’elle dormoit. Adont, il s’approcha d’elle, si congnust tantost qu’elle estoit morte, dont il fut moult esbahis. Mais illec lui souvint il du lit et de la damoiselle dont Brehus lui avoit conté. Adont, il dist qu’il scaura s’il lui dist verité du lit et des oiseaulx qu’il veoit illec. Adont, il commence a crosler le lit, si ot que tous les oyseaulx qui illec estoient commencerent a chanter tous a ung faiz, dont il fut fort esbahis comment ce peut advenir. Il le crosle par plusieurs foiz et com plus y touche, tant est le son que les oyseaulx mainent plus grant.
Adam fut nostre pere et Eve fut no mere.
Par Eve fut Adam couchiet en grant misere
et tout humain lignage mis en captivité.
Par Eve fut le pere de tous executé.
Ainsi je me compare a Eve ou a Sarham,
car ainsi  que par Eve morut no pere Adam,
ainsi morut par moy la fleur de tout le mont :
Phebus, le on pareil de tous ceulz qui y sont
pour moy souffri doleur sans avoir nulle joye,
et tant qu’il en morut, dont oncques puis n’eubz joye.
Et pour ce, quant pour moy est mort le non pareil
de tous les chevaliers, je claim mon pareil
Evain, par qui Adam morut, et sa lignie :
elle et moy debvons estre en equité pugnie.
Oncques en son vivant n’eut de moy nul confort,
mais depuis son trespas ploura ge tant sa mort
que pour lui je morus ; mais avant mon trespas
fis pour lui tant de bien que je fis par compas
cest li et les oyseaulz qui dessus sont assis,
qui pleurent son trespas. Car pour vray, je vous dis
que le commencement de leur chant est de plour,
le moien est de joye, et puis fine en dolour.
La mort de Phebus pleurent quant je ne puis plourer ;
la mort me courut seure, de doeul me fist finer.
Vous qui me regardés, vueilliés prier pour moy
et pour le bon Phebus, qui morusmes d’anoy.

(Continuation de BnF, fr. 358-363, §1071, transcription personnelle ;
Brief : Lais, épîtres et épigraphes en vers, XX.B, éd. Lagomarsini)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search