Les livres de l’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge. Espaces de stockage, mobilier et dispersion des manuscrits dans l’abbaye, d’après le catalogue de Jean de Cirey (1480-1482).

Marion Foucher, docteure en archéologie médiévale, UMR  6298 Artehis, Université de Bourgogne-Franche-Comté, Dijon

Coraline Rey, doctorante en histoire médiévale, UMR 7366 Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne-Franche-Comté, Dijon



Évoquer la présence des livres dans une abbaye cistercienne paraît relever de l’évidence pour un Ordre dont la Règle impose la lecture quotidienne, pour des abbayes dont les scriptoria ont été particulièrement renommés[1]. Pourtant, la matérialité de l’écrit, les questions prosaïques des solutions d’archivage ou des modalités de rangement méritent qu’on s’y attarde plus systématiquement[2]. À Cîteaux (Côte-d’Or), un catalogue, rédigé par l’abbé Jean de Cirey[3] à la fin du XVe siècle, offre une opportunité rare de donner non seulement un aperçu des fonds littéraires de l’abbaye, mais surtout d’en montrer la logique de dispersion, l’abbé localisant précisément chaque ouvrage dans l’abbaye. La précision de la source, allant jusqu’à détailler le mobilier, se heurte pourtant ici à l’imprécision des connaissances sur le complexe monastique lui-même, puisque l’abbaye a presque totalement disparu. Le renouveau de la recherche autour de ce catalogue nous a fourni l’opportunité d’instaurer un dialogue étroit entre sources historiques et iconographiques, analyses architecturales et archéologiques.

Avant de pouvoir exploiter ce document, pour replacer les ouvrages dans les différents espaces mentionnés et, in fine, reconstituer les lieux de stockage des livres et spatialiser les pratiques de la lecture, ce travail à quatre mains a d’abord été l’occasion de discuter, par croisement de méthodes et de sources, de l’organisation des espaces à la fin du XVe siècle, notamment autour des secteurs-clés de l’armarium du cloître et de la Librairie[4] du dortoir.

Le catalogue de Jean de Cirey

Entre 1480 et 1482, l’abbé de Cîteaux, Jean de Cirey, fit rédiger un catalogue des manuscrits, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Dijon sous la cote ms 610[5]. Cet inventaire a été publié dès la fin du XIXe siècle[6] ; il a notamment permis d’identifier de nombreux volumes. Quelques chercheurs ont bien mis en lumière la dispersion des livres au sein de l’abbaye[7], mais ce document offre également un témoignage sur les pratiques de lecture et sur le stockage des livres à Cîteaux, à la fin du XVe siècle.

Le catalogue est un manuscrit de petit format, mesurant 170 ´ 253 mm. Il contient quarante-neuf feuillets de parchemin. Sa mise en page est très structurée : le texte est écrit sur deux colonnes, chaque description de manuscrit est introduite par une lettrine alternativement dessinée à l’encre bleue et rouge, et des rubriques inscrites à l’encre rouge matérialisent les divisions du catalogue (fig. 1).

Chaque description a reçu postérieurement un numéro en chiffres arabes, de 1 à 1200, auxquels il faut ajouter quatre numéros bis : 330, 347, 560 et 936. Néanmoins, le fonds de manuscrits de l’abbaye comportait plus que 1204 volumes. Par exemple, sous le n° 560 bis se trouvent décrits trente-neuf manuscrits, vingt en parchemin et un en papier utilisés au chœur de l’abbé, et dix-huit en parchemin utilisés au chœur du prieur : Viginti parvi codices pergamenei continentes responsaria cantanda ad processionem et unus in papiro servientes ad chorum abbatis et octodecim alii in pergameno pro choro prioris.

Les descriptions apportent de nombreux renseignements sur la teneur et sur la matérialité des volumes : contenu, taille, support, reliure, état, mots-repères du deuxième et de l’avant-dernier feuillet, permettant d’identifier avec précision les manuscrits (fig. 2)[8].

Les différentes sections du catalogue, mises en lumière par l’emploi des rubriques, permettent de suivre le scribe dans un cheminement à travers l’abbaye, au sein de laquelle les volumes sont disséminés (fig. 3).

L’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge : questions de restitution des espaces monastiques

Reconstituer l’abbaye de Cîteaux : sources médiévales et méthode régressive

L’exercice de restitution de ce complexe monastique tardo-médiéval est particulièrement délicat, puisque aucun témoignage architectural, textuel ou iconographique n’éclaire directement un état des bâtiments qui soit contemporain de l’écriture du catalogue. Parmi les grands changements survenus dans l’organisation ancienne de l’abbaye, on mentionnera essentiellement l’introduction d’une bibliothèque en tant qu’espace autonome dans la première décennie du XVIe siècle, la reconstruction de certains espaces résidentiels à la fin du XVIIe siècle[9] et le vaste projet de ré-ordonnancement classique de la fin du XVIIIe siècle[10]. Si ces différentes étapes imprègnent déjà largement les témoignages les plus anciens que peuvent fournir plans, vues ou descriptions, les destructions postrévolutionnaires ont fait disparaître la quasi-totalité des bâtiments. Le seul espace conservé, qui ait existé au temps de Jean de Cirey, est l’aile nord du petit cloître.

Les sources écrites éclairant les prémices architecturales de l’abbaye sont rares[11], mais permettent de dessiner les grandes lignes du développement du complexe monastique médiéval, dont le chantier s’échelonne entre les XIIe et XIIIe siècles[12]. Plusieurs églises abbatiales se succèdent jusqu’à la consécration de Cîteaux IV en 1193. La reconstruction de cette abbatiale gothique va de pair avec le chantier de l’ensemble du carré claustral – notamment l’aile des convers financée par les rois de Castille entre 1203 et 1215[13] ou la reprise du réseau d’adduction achevée avant 1218[14] – le tout visant selon toute vraisemblance à adapter la taille des bâtiments à celle d’une communauté grandissante[15]. Si le financement des rois de Castille se poursuit jusqu’en 1255, les sources contemporaines ne détaillent plus l’avancement du chantier. Selon les chroniqueurs tardifs Dom Cotheret et L.-B. Baudot[16], suivent en 1233-1234 le réfectoire des moines et l’infirmerie, en 1262 le petit cloître accolé à l’est de l’aile des moines, puis la grande infirmerie avant 1316[17]. Le mutisme des sources jusqu’au XVIsiècle laisse ensuite supposer la fin des grands travaux de construction médiévaux.

L’abbaye dans laquelle vit Jean de Cirey est donc l’abbaye gothique, a minima dans ses grandes lignes, procédant de l’amalgame de bâtiments construits sur plus d’un siècle, déjà probablement remaniés et altérés[18]. Partant de là, le seul recours aux divers plans type d’abbayes cisterciennes pour tenter de restituer l’organisation des bâtiments paraît largement hasardeux, non seulement par la trop grande variabilité de l’architecture cistercienne, mais surtout par le décalage chronologique entre des plans visant à restituer une architecture idéale primitive et une abbaye datant de l’extrême fin du XVe siècle.

L’autre versant de cette enquête s’intéresse aux très nombreuses sources modernes, témoins plus ou moins lacunaires du complexe médiéval de Cîteaux. Plus d’une cinquantaine de cartes et plans, une trentaine de vues et une quinzaine de coupes et d’élévations de bâtiments divers illustrent l’abbaye entre 1542 et 1937[19], auxquels s’ajoutent de rares descriptions textuelles, visites ou inventaires[20]. De manière régressive, ces documents permettent de déconstruire l’abbaye moderne, pour tenter de remonter à une organisation des bâtiments la plus ancienne qui soit, la plus proche de l’abbaye de Jean de Cirey possible. Rappelons néanmoins que même pour les plus anciens de ces témoignages, certains secteurs sont déjà largement remaniés : tous sont postérieurs à l’introduction de la bibliothèque en 1509, et la plupart à la réorganisation de l’extrémité méridionale de l’aile des moines et du noviciat, réalisée à partir de 1685.

Deux secteurs-clés : l’armarium et la Librairie du dortoir

Les principaux espaces mentionnés par le catalogue, le cloître et l’abbatiale, ne soulèvent guère d’interrogation majeure. D’après l’analyse de l’ensemble des sources, ces deux secteurs ne paraissent pas avoir subi de transformation profonde entre le chantier de Cîteaux IV dans la seconde moitié du XIIe siècle et leur destruction après la Révolution. Concernant l’abbatiale, son organisation générale paraît stable sur l’ensemble de la documentation moderne, à l’exception néanmoins des déplacements de la sacristie et de la mobilité interne des nombreux autels[21].

La restitution de deux secteurs-clés du catalogue, l’armarium et la Librairie du dortoir, s’avère plus délicate. L’armarium est ici d’un intérêt crucial puisqu’il est l’espace, niche ou pièce, traditionnellement et spécifiquement dédié aux livres[22]. Il donne de ce fait un aperçu de la seule structure de stockage de livres construite avant les réorganisations de Jean de Cirey. Comme dans la plupart des abbayes de l’Ordre, l’armarium de Cîteaux se situait dans la galerie orientale du cloître, entre la porte de jour de l’église et la salle capitulaire. Néanmoins, ni les différents plans[23], ni les descriptions des XVIIe et XVIIIe siècles[24] ne s’accordent sur le volume de cet armarium ou sur son emplacement exact (fig. 4). Le mur est de la galerie du chapitre paraît soit scandé par les contreforts du transept sud de l’église (e.g. 1724), soit avoir accueilli plusieurs niches de faible profondeur (e.g. 1717, fig. 4-A) pouvant correspondre au modèle d’armarium-niche mis en œuvre dans de nombreuses abbayes (fig. 5)[25]. Seul le Plan géométral de Cisteaux de 1717 suggère l’existence d’une petite pièce installée au bout de la sacristie (fig. 4-B)[26]. Bien que la formule ait été employée ailleurs (fig. 6)[27], il reste délicat, voire douteux, d’envisager un armarium-pièce à Cîteaux sur la foi de ce seul document déjà tardif[28]. La démarche régressive atteint ici ses limites. Les incohérences des différents plans successifs interdisent d’abord de statuer sur l’organisation exacte de ce secteur à la période moderne. Mais les lourds remaniements entrepris entre les galeries du chapitre et de la collatio[29], notamment la transformation en 1533 de l’une des niches en enfeu destiné à accueillir la sépulture des premiers abbés[30], ne permettent plus de discuter de l’état de l’armarium au temps de Jean de Cirey.

Figure 4. La galerie du chapitre d’après les plans modernes : le plan de 1717 montre deux niches (A), dont l’une accueille un enfeu, et une pièce au bout de l’ancienne sacristie transformée en escalier de nuit monumental (B), alors que le plan de 1724, centré sur l’église, ne montre aucune niche, mais la succession des contreforts contrebutant les poussées du transept méridional. (Sources : Dijon, AD Côte d’Or 11 H 209 et Dijon, BM, ms 119 ; Photos C. Rey, DAO M. Foucher).

Dans le catalogue, le seul espace spécifiquement réservé aux livres à la fin du XVe siècle est la Librairie du dortoir. L’aménagement est récent, décidé par Jean de Cirey lui-même, et réinvestit une pièce depuis longtemps inutile[31], précédemment dévolue au vestiarium et aux travaux de cordonnerie. L’emplacement de la pièce n’est pas explicite, mais les mentions de  libraria dormitorii, de coffres iuxta gradus ascensus ad vestiarium, de meubles orientés versus refectorium ou de latere dormitorii, permettent de la localiser entre l’aile des moines et le réfectoire, à l’étage d’une pièce traditionnellement utilisée comme chauffoir[32]. À la fin du XVe siècle, la pièce communique vraisemblablement avec le dortoir, comme le suggère sa dénomination, et est accessible depuis le rez-de-chaussée par un escalier. S’agit-il de l’escalier de jour des moines menant à leur dortoir, à l’image des abbayes de Bonport ou Fountains[33] ? La question est délicate, le bâtiment ayant été modifié avant 1717, quand tout son volume est récupéré pour l’installation d’un escalier d’apparat[34]. L’hypothèse paraît néanmoins peu probable à Cîteaux, puisqu’aucun des plans antérieurs à l’introduction de l’escalier monumental ne figure d’espace dévolu à un escalier du type volée droite sur mur de cage, formule la plus courante dans les escaliers primitifs. Au contraire, les différents plans mentionnent les contreforts de la salle des moines empiétant sur l’espace de chauffoir, organisation spatiale de fait peu compatible avec un escalier accolé au mur de l’aile des moines (fig. 7-A). Enfin, le plan de 1639[35], le plus ancien conservé, indique l’existence d’une succession de pièces entre la salle capitulaire et celle des moines (fig. 7-B) qui pourrait correspondre à la succession des passage, parloir, escalier (dans l’ordre ou le désordre) majoritaire dans l’architecture cistercienne[36].

Figure 7. Extraits du Plan de l’abbaye avec projets de reconstruction des bâtiments encadrant la cour d’honneur de 1639 : A. Ancien chauffoir ; B. Possibles passage, parloir et escalier de jour antérieurs aux remaniements modernes. (Sources : archives Abbaye Cîteaux, n° 1 ; Photos C. Rey, DAO M. Foucher).

Quid alors de l’escalier menant à l’étage du chauffoir ? Ce dernier ne paraît être qu’un élément de desserte locale (vestiaire et atelier), avant que la Librairie ne soit installée à l’étage et s’ouvre sur le dortoir. La restitution de son positionnement précis, nécessaire puisqu’il sert de point de repère à la localisation des livres et meubles dans le catalogue, doit prendre en compte plusieurs contraintes, notamment les baies éclairant la pièce au nord et au sud et les conduits de cheminée du chauffoir. À Cîteaux, l’emplacement primitif des cheminées reste hypothétique : seuls sont connus les conduits en fonctionnement aux XVIIe et XVIIIe siècles, visibles dès le XVIIe  sur les vues de 1674 et 1689[37], et encore précisément localisés sur le plan du vieux dortoir d’E. Prinstet au début du XVIIIe siècle (fig. 8)[38]. Même si la permanence des infrastructures de chauffe dans ce secteur de l’abbaye tend à plaider pour leur ancienneté, rien n’exclut le remaniement des cheminées et conduits de l’ancien chauffoir. En l’état de l’investigation et en considérant les éléments du mobilier, l’emplacement le plus probable de l’escalier reste pour l’heure le mur est de la pièce.

Figure 8. Dessin pour le vieux dortoir de Cisteaux issu de l’Atlas de Cîteaux, avec détail de l’emplacement des conduits des « cheminées du chauffoir » dans l’épaisseur du mur. (Dijon, AD Côte d’Or, 11 H 138).

L’exercice de restitution de l’abbaye de Jean de Cirey est encore en cours et s’attache à traiter tous les espaces avec ce degré de précision. En l’état, il permet de proposer une restitution suffisante pour replacer les livres dans l’abbaye à la fin du Moyen Âge.

Les livres dans l’abbaye

Du mobilier pour les livres et la lecture

La Librairie du dortoir comporte six meubles bifaces, comme le suggèrent les différentes rubriques du catalogue ; l’une des faces regarde du côté du dortoir, l’autre du côté du réfectoire : in quarta banca de latere dormitorii et in 4ta banca de latere refectorii. Ces meubles se composent d’un plan incliné et de deux étagères, l’une en haut, l’autre en bas : de 3a banca superius de latere refectorii et libri sequentes sunt in dicta sexta banca de latere dormitorii inferius sub analogio. Les étagères servaient au rangement des ouvrages, les plans inclinés sans doute à la lecture et à la copie.

Nous proposons deux reconstitutions de la salle et de son mobilier, l’une avec des meubles mesurant deux mètres de long, l’autre avec des meubles de trois mètres de long (fig. 9). Ces mesures nous ont été suggérées par comparaison avec des pupitres des XVe et XVIe siècles encore existants : ceux de l’église de Zutphen, datant du XVIe siècle, mesurent 2,74 mètres de long ; ceux du Queen’s College de Cambridge mesurent 1,98 mètre de long, et ceux de la cathédrale de Lincoln, 2,13 mètres de longueur (fig. 10)[39].

Le catalogue nous apprend que le mobilier de la Librairie du dortoir comprenait également trois armoires, dont la première est située « du côté du réfectoire » (n° 341-453). Nous avons choisi de placer ces trois armoires contre le mur du réfectoire, qui est le seul espace laissé libre, les autres murs recevant les baies, les meubles et l’escalier. Au Moyen Âge,  les armoires sont de toutes tailles, parfois imposantes, et reçoivent différents objets selon l’usage de la pièce dans laquelle elles sont installées. Certaines armoires, comme celle appelée « chartrier de Bayeux », une armoire à reliques datant du XIIIe siècle, étaient montées directement dans la pièce : cette armoire mesure aujourd’hui 5,23 mètres de long, mais nous savons qu’elle a été amputée. L’armoire d’Aubazine, construite à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, mesure quant à elle 2,13 mètres de long[40]. D’autres livres étaient conservés dans deux coffres, dont nous ignorons les dimensions (n° 454-508). Le coffre situé près de l’escalier semble avoir été de grande contenance puisqu’il s’y trouvait quarante-six manuscrits. L’autre coffre n’en comprenait que neuf.

La localisation des livres d’après le catalogue de Jean de Cirey

Excepté les 508 volumes de la Librairie, le reste des manuscrits était dispersé dans l’abbaye, selon les usages qui en étaient faits (fig. 11)[41].

Figure 11. Hypothèse de restitution du plan de l’abbaye au temps de Jean de Cirey et répartition des livres dans l’espace d’après le catalogue. (DAO M. Foucher ; SIG C. Rey).

Dans le cloître, la majorité des volumes étaient disposés sur de petits pupitres ou rangés dans des armoires situés dans la galerie de la collatio ou dans celle du chapitre. Se trouvaient là les livres utilisés pour la lecture quotidienne (lectio divina) des moines[42] : Bibles, évangéliaires, épistoliers, psautiers, statuts et coutumes cisterciens, martyrologes, etc. Même la Bible de saint Étienne[43], ancienne de presque 400 ans et richement enluminée, pouvait être consultée dans le cloître.

Plusieurs volumes étaient rangés dans la grande infirmerie, à l’usage des malades : bréviaires, psautiers, diurnaux, un livre des miracles et un exemplaire du Pèlerin en français (n° 589, 1025-1033).

Les novices avaient également accès à des volumes qui était disposés dans le noviciat. Il s’agissait de textes d’apprentissage, pour s’initier à la pratique des offices liturgiques, comme les psautiers, bréviaires et diurnaux, et de textes règlementaires, comme les règles et coutumes cisterciennes, ainsi que la Charte de charité (n° 1011-1024).

Dans l’église, se trouvaient les livres à l’usage des célébrants. Quelques ouvrages étaient disposés directement sur les autels, d’autres étaient plus simplement dits « à l’usage des autels » (missalia et libri servientes ad missas tam maioris altaris quam aliorum, n° 963-996) ou « servant au le chœur de l’abbé » (ad chorum abbatis, n° 560 bis) par exemple.

Si la pratique de la lecture rend certains livres mobiles, d’autres sont au contraire immobilisés, entravés par des chaînes. Les volumes se trouvant sur les pupitres disposés devant la salle capitulaire sont tous enchaînés : isti sunt incathenati super analogiis ante capitulum. Néanmoins, nous ne savons pas pourquoi il avait été décidé d’enchaîner certains manuscrits, et d’autres non, comme ce volume, enchaîné dans l’église, dans le chœur des malades : incathenatus in choro infirmorum retro priorem (n° 970).

Le catalogue de Jean de Cirey est un document exceptionnel : à travers lui, nous pouvons appréhender les pratiques de lecture à la fin du XVe siècle, ainsi que la gestion des volumes au sein du complexe claustral. Les espaces de l’abbaye n’apparaissent alors pas seulement comme des espaces de vie et de circulation, mais aussi comme des lieux de stockage pour des meubles et des livres. Il faut non seulement imaginer un espace habité, où des dizaines de moines pratiquaient ensemble la lecture silencieuse et contemplative. Mais également des espaces en perpétuel mouvement : les personnes, les objets, les meubles circulent et les fonctions se réorganisent.

Outre l’intérêt évident que représente ce catalogue de Jean de Cirey, il s’inscrit également dans un mouvement de plus longue durée et de plus large envergure qui touche à l’organisation des bibliothèques entre la fin du Moyen Âge et le début de la période moderne. En 1509, Jacques de Pontaillier, neveu et successeur de Jean de Cirey, fait construire un nouveau bâtiment pour la bibliothèque. Malgré l’ampleur certaine du projet, qui a des échos à Clairvaux et ailleurs au même moment[44], certaines pratiques de lecture et de gestion des livres ne semblent pas avoir fondamentalement changées : en 1667, Joseph Meglinger décrit encore les pupitres chargés de livres dans les galeries du cloître[45].



[1] Règle de saint Benoît, chap. 9 à 11, 33, 38, 42, 44, 47, 48 ; ParisJ., Nomasticon Cisterciense seu Antiquiores ordinis Cisterciensis constitutiones, Solesme, 1892, chap. 74 ; Stutzmann D., « Clairvaux et l’écrit », dans Baudin A., Dorhmann N., Veyssière L., Clairvaux, l’aventure cistercienne, Paris, Somogy Éditions d’Art, 2015, p. 199-205.

[2] Ces questions sont actuellement l’objet du travail de thèse de C. Rey, intitulé Archives et bibliothèque à Cîteaux de l’original au « recueil » : scripturalité et visualité dans une entreprise d’écriture au Moyen-âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), sous la direction de D. Russo, Université de Bourgogne Franche-Comté.

[3] Jean de Cirey est le 46e abbé de Cîteaux. Il est élu abbé à la fin du mois d’avril 1476 et démissionne le 20 novembre 1501, en raison de son mauvais état de santé. Néanmoins, il est encore en charge le 21 février 1502 puisqu’un acte a été rédigé en son nom (AD Côte-d’Or, 11 H 897, 21 février 1501 (a.st.)). Il semble que son successeur, Jacques de Pontailler, ait attendu l’accord et la confirmation du pape Alexandre, survenue le 16 février selon Nicolas Cotheret : Cotheret N., Mémoires pour servir à l’histoire de Cîteaux, Dijon, BM, ms 2474 (MIC 612), s.d, p. 141. (c. 1730). Jean de Cirey meurt en décembre 1503.

[4] Nous écrivons « Librairie » avec une majuscule, car Jean de Cirey emploie lui-même ce terme en latin « libraria ». « Librairie » désigne alors aussi bien la collection d’ouvrages qu’un espace de consultation.

[5] Ce manuscrit a été numérisé par la Bibliothèque municipale : http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/img-viewer/MS00610/viewer.html?ns=FR212316101_MS00610_000_01_PS.jpg (consulté le 23/11/2018).

[6] Molinier A., et al., « Appendice. Inventaire des manuscrits de Cîteaux par l’abbé Jean de Cirey », Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, V, Dijon, Plon, Paris, 1889, p. 339-452.

[7] Citons les quelques chercheurs qui ont mis en lumière la dispersion des livres au sein de l’abbaye : Clark J. W., The Care of Books. An Essay on the Development of Librairies and their Fittings, from the Earliest times to the end of the Eighteenth Century, Cambridge University Press, Londres, 1901 ; Hümpfner T., « Aus der Bibliothek von Cîteaux », Cistercienser Chronik, 38, 1926, p. 343-346 ; Hümpfner T., « Archivum et bibliotheca Cistercii et quatuor primarum filiarum eius« , Analecta Sacri Ordinis Cisterciensis, 2, 1946, p. 119-145 ; Masson A., « Le mobilier et la décoration de la bibliothèque de Cîteaux », Bulletin monumental, 122, 1964, p. 59-68 ; Damongeot M.-F., « La bibliothèque de l’abbaye au Moyen Âge », dans Plouvier M., Saint-Denis A. (dir.), Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux, 1098-1998, Commentarii Cistercienses, Vitreux, Dijon, 1998, p. 227-245 ; Bell D. N., « The Library of Cîteaux in the Fifteenth Century: “Primus inter pares” or “Unus inter multos”? », Cîteaux, 50, 1999, p. 103-133.

[8] Liste non exhaustive. L’utilisation de mots-repères pour identifier les volumes était une pratique courante, comme à l’abbaye de Clairvaux en 1472, ou à la cathédrale de Reims en 1456 : Catalogue de Pierre de Virey, 1472 (Troyes, BM, ms 57), voir Vernet A., Genest J.-F., La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle, I, Catalogues et répertoires, Paris, 1979 ; Jeudy C., Riou Y.-F., « La bibliothèque cathédrale de Reims d’après l’inventaire de 1456 », Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, rééd. 2008, p. 84-86.

[9] Ce projet concerne les bâtiments des novices et définiteurs et le logis abbatial : Coomans T., « L’accueil du chapitre général au Moyen Âge », dans Plouvier M., Saint-Denis (dir.), Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux 1098-1998, Commentarii Cistercienses, Vitreux, Dijon, 1998, p. 154.

[10] Envisagé par les architectes Samson-Nicolas Lenoir et Jean Caristie et par l’abbé Dom François Trouvé, ce projet restera inachevé : seule l’aile accolée au nord de l’abbatiale est construite in fine : Plouvier M., Saint-Denis A. (dir.), Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux 1098-1998, Commentarii Cistercienses, Vitreux, Dijon, 1998, p. 188.

[11] ChauvinB., « La reconstruction du monastère de Cîteaux (vers 1160 – vers 1240) », Bulletin Monumental, t. 165-2, 2007, p. 143, 164-167 ; Marilier J., Chartes et documents concernant l’abbaye de Cîteaux (1098-1182), Rome, Editiones cistercienses, 1961, n27-28.

[12] Pour une analyse complète, voir Plouvier, Saint-Denis 1998 ; Chauvin 2007 ; Lebeau fr. M., Chronologie de l’histoire de Cîteaux, Dijon, Centre Régional de Documentation Pédagogique de l’Académie de Dijon, 1987 ; Foucher M., La pierre et les hommes en Bourgogne. Archéologie et histoire d’une ressource en œuvre du Moyen Âge à l’Époque Moderne, thèse de doctorat soutenue en 2014, sous la dir. de Garcia J.-P., Université de Bourgogne, vol. 1, p. 59-68.

[13] Arc. Monasterio Las Huelgas, leg. 11, n° 354-B et C, traduction Chauvin 2007, textes n° A8, p. 166 et n° A10, p. 167.

[14] e.g. Berthier K., « Les aménagements hydrauliques de l’abbaye, de la fondation au XIXe siècle », dans Plouvier M., Saint-Denis A. (dir.), Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux 1098-1998, Commentarii Cistercienses, Vitreux, Dijon, 1998, p. 69.

[15] Foucher 2014, vol. 1, p. 61-64.

[16] Plouvier M., « L’abbaye médiévale. Histoire et analyse critique », dans Plouvier M., Saint-Denis A. (dir.), Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux 1098-1998, Commentarii Cistercienses, Vitreux, Dijon, 1998, p. 133.

[17] Troyes, AD Aube, 3 H 144.

[18] M. Plouvier et T. Commans évoquent notamment un incendie en 1297 : Plouvier 1998a, p. 132 et 161; Coomans 1998.

[19] Voir également Plouvier, Saint-Denis 1998, p.  380-396.

[20] Meglinger J., Descriptio itineris Cisterciensis, Lucernae, typis Godofredi Hautt, in-32, 1667. [En ligne] http://www.binetti.ru/bernardus/224.shtml (consulté le 23/11/2018) ; Martène E., Durand U., Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint Maur, 1717 ; Crestin A., Notice historique sur l’abbaye de Cîteaux, 1724 ;Cotheret c. 1730 ; Dijon, AD Côte-d’Or, Q 186, 24 février 1791, « Rapport des batiments de Citeaux et dependances ».

[21] Manrique A., Annalium a condito Cistercio, vol. 3, Lyon, 1649, p. 268-271 ; Crestin 1724. Voir également Mouraire E., Vernet P., « Reliques et autels, les trésors de sainteté à l’abbatiale de Cîteaux », Le cavalier d’or, 1999, p. 12-19 ; Mouraire E., « Les autels et les reliques de l’abbatiale de Cîteaux », Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre | BUCEMA Hors-série n° 4, 2011. [En ligne] DOI : 10.4000/cem.11799, p. 2 (consulté le 23/11/2018).

[22] Aubert M., de Maillé Mise (coll.), L’architecture cistercienne en France, Paris, Vanoest édition d’art et d’histoire, 2 vol., 1947, vol. 2, p. 39-47 ; Kinder T. N., L’Europe Cistercienne, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1997, p. 131-133 et p. 242-243.

[23] Notamment AD Côte d’Or 11 H 209 (1717), 11 H 13 (1718-1721) ; Archives Abbaye Cîteaux, n° 1 (1639), non coté (1674) ; Archives Abbaye Tamié, non coté ; BM Dijon ms 119.

[24] Meglinger 1667, paragraphe 38 ; Martène, Durand, 1717, p. 213 ; Crestin 1724, p. 154-155.

[25] Voir entre autres, les armaria des abbayes de Silvanès (Aveyron), Noirlac (Cher), Fontenay (Côte-d’Or), Preuilly (Seine-et-Marne), Eberbach (Allemagne, Hesse) ou Fountains (Royaume-Uni, Yorshire du Nord). e.g. Aubert, de Maillé 1947, vol. 2, p. 39-40 ; Coppack G., Fountains abbey. The cistercians in the Northern England, Stroud, Amberley 2009, p. 58.

[26] AD Côte-d’Or 11 H 209.

[27] Ces armaria-pièces sont soit logés en bout de sacristie comme au Thoronet (Var), à Valcroissant (Drôme) ou Flaran (Gers), soit sous l’escalier de nuit, comme à Fontfroide (Aude), Silvacane (Bouches-du-Rhône) ou Maulbronn (Allemagne, Bade-Wurtemberg). Aubert, de Maillé 1947, vol. 2, p. 41-43 ; Foucher M., L’abbaye cistercienne Notre Dame de Valcroissant (26), mémoire de maîtrise soutenue en 2005, sous la dir. d’A. Baud, université Lumière Lyon 2, p. 53-55, 99.

[28] Ajoutons également que ce secteur apparaît très remanié, la sacristie ayant été transformée en escalier de nuit monumental.

[29] Galerie longeant le bas-côté de l’église dans laquelle la communauté pratique quotidiennement la lecture commentée des textes saints (collatio).

[30] Selon M. Plouvier, il peut s’agir de l’ancien armarium lui-même (Berthier 1998, p. 76), ce que contredisent les interprétations du frère M. Lebeau lors des fouilles menées entre l’enfeu et le tombeau d’Alain de Lille : Lebeau M., « Les fouilles de l’abbaye de Cîteaux (1959 – 1964) », Mélanges à la mémoire du père Anselme Dimier, vol. 3, Pupillin, B. Chauvin éd., 1982, p. 395.

[31] Depuis 200 ans, selon le catalogue de Jean de Cirey.

[32] Kinder 1997, p. 277-280.

[33] Coppack 2009, p. 65-67. Vincent J.-B., Les abbayes cisterciennes de Normandie (XIIe-XIVe siècle) : conception, organisation, évolution, Thèse de doctorat soutenue en 2014, sous la dir. d’A.-M. Flambard Héricher, Université de Rouen, p. 420 et p. 441-443.

[34] AD Côte d’Or 11 H 209.

[35] Archives Abbaye Cîteaux, n° 1.

[36] Aubert, de Maillé 1947, vol. 2, p. 70-74 ; Kinder 1997, p. 267-269.

[37] Vue cavalière de Brissart et Prinstet, 1674 (Paris, BNF, Est., Va 21, t. VII ; Abbaye de Cîteaux, non coté ; Dijon, BM, 90 110) ; Veuë de l’abbaye de Cîteaux, 1689 (Paris, BNF, Est., collection Destailleur, Ve 26 p. fol. T. XI, n° 2422, p. 99).

[38] Dijon, AD Côte-d’Or, 11 H 138, Atlas de Cîteaux.

[39] Clark 1901, p. 163, fig. 62.

[40] De nombreuses armoires médiévales sont conservées, comme celles de Noyon (XIIIe siècle), de Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent (XIVe siècle). Viollet-le-Duc E., Dictionnaire raisonné du mobilier. Tome 1. Mobilier, ustensiles, jeux, Heimdal, Bayeux, 2003

[41] La dispersion des volumes est une pratique courante au sein des institutions religieuses, comme à l’abbaye de Clairvaux : catalogue de Pierre de Virey, 1472 (Troyes, BM, ms 57), Vernet, Genest 1979. À l’abbaye bénédictine de La Trinité de Fécamp, outre les livres dispersés, il y avait également un dépôt de livres dans une salle située au-dessus d’une chapelle dédiée à la Vierge, à proximité du dortoir et de la salle du chapitre : Masson A., Le décor des bibliothèques du Moyen Âge à la Révolution, Genève, 1972, p. 13.

[42] Voir note 1.

[43] Dijon, BM, mss 12-15.

[44] Citons notamment la bibliothèque de Clairvaux, achevée en 1502 : Stutzmann 2015, p. 204.

[45] « Extra capituli parietes scamna seu plutei aliquot libris onerantur, parati piae lectioni indulgere volentibus » : Meglinger 1667, chap. 38.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/12/2019

    […] Avec Marion Foucher, docteure en archéologie médiévale de l’Université de Bourgogne Franche-Comté, nous avions présenté une communication portant sur les livres de l’abbaye de Cîteaux. Informations et programme disponibles ici. Articles disponible ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search