Un « non-lieu » devenu la marque de l’honneur de la cité : la « maison de ville » de Besançon de la fin du XIIIe à la fin du XVIe siècle.

 Julien Lagalice, doctorant, Université de Bourgogne Franche-Comté



L’incendie criminel de l’hôtel de ville de Besançon, commis le 25 juin 2015 par un activiste camerounais nommé Teylou, voulant se venger de ne pas avoir eu de subvention municipale pour un projet d’édition, a généré d’importants dégâts matériels heureusement sans victimes. Cette nouvelle fut un véritable choc pour la population bisontine. Les nombreux partages de photos sur les réseaux sociaux pendant plusieurs jours attestent de l’émotion suscitée[1]. Bien que les formalités administratives se déroulent dans un autre bâtiment depuis des années, l’hôtel de ville historique reste le lieu de réunion du conseil municipal, des réceptions importantes ou de la célébration des mariages. Les élus municipaux et notamment le maire rappellent à cette occasion le repère qu’il constitue, sa dimension civique et la valeur patrimoniale du bâtiment. Certains parlent de la « maison commune », à l’instar des hommes du XVe siècle, peut-être sans le savoir, mais son origine n’est pas évoquée. Les réactions à cet incendie soulignent de fait à quel point son histoire est largement ignorée[2]. Cette méconnaissance n’est pas propre à Besançon, tant l’historiographie demeure pauvre sur le sujet de l’hôtel de ville urbain[3], mais elle est paradoxale dans la mesure où ce lieu semble particulièrement familier aux habitants qui s’y reconnaissent, ce dernier élément étant essentiel pour définir un lieu selon le géographe Jacques Lévy[4].

            Notre réflexion va tenter de comprendre le choix du lieu déterminé pour établir l’hôtel de ville de Besançon et ses motivations après des décennies de « nomadisme ». Les historiens ont montré qu’il est important d’aborder la spatialité médiévale plutôt par les lieux que par l’espace[5]. Les lieux construits et les éléments de l’environnement étaient perçus de manière hétérogène, uniquement en fonction des relations sociales qui s’y déroulaient. En d’autres termes, il nous importe moins de comprendre l’organisation ou la construction de l’espace médiéval que de comprendre la « spatialité des rapports sociaux », pour reprendre l’expression de Joseph Morsel, c’est à dire la manière dont chaque phénomène social (un échange, un règlement de conflit, une manifestation de solidarité, une démonstration d’autorité, une soumission) s’inscrit dans des lieux et la manière dont chaque évènement de l’environnement est investi par les phénomènes sociaux[6].  

L’hôtel de ville, lieu emblématique de l’exercice d’un pouvoir indépendant au Moyen Âge, témoin de la diversité de population urbaine et de ses mouvements, est un édifice complexe et multifonctionnel qui offre un objet d’étude privilégié sur la thématique du lieu[7]. Réfléchir au choix de l’emplacement d’un lieu pour un bâtiment aussi stratégique est une question importante qui revient à s’interroger non pas tant sur le bâti ou l’architecture – du reste très méconnus pour la période médiévale – que sur les pratiques spatiales et les formes d’utilisation de l’espace liées à un mode de vie, aux « usages sociaux qui façonnent le sens des lieux et trament des configurations de pouvoir[8] ». Il s’agit de comprendre comment cet édifice tardif et parfois menacé à Besançon a fini par devenir, parfois avec difficulté, la « maison commune », puis la marque de l’honneur de la cité.

De 1250 à 1381 : le temps du « non-lieu » et du nomadisme.  

Dans l’histoire complexe des combats pour les franchises urbaines du XIIe et du XIIIe siècles, les habitants de Besançon forment dès 1180 une corporation puissante qui a ses assemblées, ses caisses et ses propriétés. À trois reprises – en 1224, 1258 et 1289 – les citoyens se révoltent et s’érigent en commune insurrectionnelle contre l’archevêque, seigneur de la cité. Malgré des condamnations, ils maintiennent des structures clandestines, si bien que l’archevêque finit par reconnaître l’autonomie municipale à partir de 1259. La ville est divisée en sept quartiers : quatre dans la « boucle », formée par un méandre du Doubs et correspondant au site urbain le plus ancien, et trois autres au delà du pont Battant. L’exécutif municipal est constitué par 14 gouverneurs, élus annuellement, et qui siègent en général trois fois par semaine.

Cette organisation politique embryonnaire, mais essentielle pour la cité, se concrétise avec des réunions délibératives qui n’ont pas de lieu fixe[9]. La consultation des archives municipales indique que dans cette seconde moitié du XIIIsiècle, nous trouvons par exemple la mention d’une séance en 1259 dans une maison dépendant de l’hôpital Saint-Antoine ou une autre dans un verger en 1279, lorsque les Bisontins rencontrent l’empereur Rodolphe, sans autre précision[10].

La charte de franchises octroyée par ce dernier à Besançon en 1290 – faisant de cette cité une ville libre impériale – rend possible l’existence d’une maison commune pour la collectivité, devenue une vraie communauté, afin qu’elle puisse travailler dans un lieu fixe et choisi par ses membres. Une maison commune prouve aux yeux de tous l’existence juridique de l’association communale, en même temps qu’elle en est le fruit[11]. Mais il n’y a pas pour autant de coïncidence chronologique automatique entre l’institution d’une nouvelle forme du pouvoir et la construction d’un lieu, siège de ce pouvoir[12]. Cette situation se retrouve à Besançon après 1290, où cette pratique du nomadisme caractérise encore les réunions des gouverneurs. Des séances se tiennent parfois à leur domicile personnel – le nom de la rue n’est pas connu -, comme celle du 19 avril 1291 chez Jeannin Greslat[13], une autre consacrée à l’audition des comptes le 21 août 1291 chez Jacques Benoit[14] ou encore la tenue d’un conseil le 26 octobre 1303 chez Richard de Frasnois[15]. D’autres locaux sont utilisés, comme ceux de l’hôpital du Saint-Esprit le 26 septembre 1304[16]. Parce que cette première phase de réunions se tient dans des lieux différents, souvent inconnus et par le fait interchangeables, nous avons choisi d’utiliser cette notion de « non-lieu »[17] pour notre sujet – avec toutes les réserves que ce cela suppose –, dans la mesure où Besançon est confrontée à la non appropriation de l’espace et à l’absence de références communes spatiales pour les gouverneurs.

En même temps, cette fin du XIIIe siècle se distingue puisqu’on observe une première tendance à la sédentarisation dans un lieu appelé « la cheminée ». Il s’agit d’une maison louée semble t-il à partir de mai 1290[18]. Le lieu est intéressant, car il est situé dans une rue de la bannière Saint-Pierre, située dans la Boucle, où se situera le futur hôtel de ville. Il devient un lieu usuel pour les gouverneurs qui, en 1331, « ont accoustumé tenir consistoire[19] », et les registres de compte nous apprennent que le loyer de ce lieu est toujours payé en 1388[20]. C’est encore au même endroit que le duc de Bourgogne Philippe le Bon, gardien de la ville, traite avec l‘archevêque en mars 1422[21].

Fig. 1. Plan de Besançon à la fin du moyen Âge, d’après la carte de Valérie Viscusi.

Cependant, comment expliquer que la cité ne construise pas un édifice communal alors qu’elle en a la possibilité ? Trois raisons peuvent être retenues. La première est à rechercher dans les révoltes du XIIIe siècle. Les lieux choisis sont toujours loin du quartier capitulaire, et les habitants ont peut-être gardé le réflexe de se cacher et de ne pas sédentariser leurs réunions tant les luttes peuvent être violentes. La deuxième raison est économique : le loyer de la « Cheminée » est plutôt raisonnable, argument non négligeable pour les gouverneurs, permettant du reste à ce lieu de faire éclore des sentiments d’appartenance et des habitudes communautaires qui limitent le nomadisme. La dernière est culturelle et essentielle, en lien avec la représentation médiévale de la cité. Ce qui fait la ville, au Moyen Âge, ce sont avant tout les remparts et les fortifications qui nécessitent un budget gigantesque. De plus, Besançon a obtenu en 1259 son premier sceau, qui marque davantage son indépendance. La construction d’un hôtel de ville est tout simplement vue à cette date comme non prioritaire.

Ainsi, cette phase se présente non pas comme une concurrence de lieux, mais plutôt comme des expériences de lieux. La situation va être tout autre à partir des années 1380, marquées par un choix d’implantation définitif, qu’il faut analyser en tenant compte du contexte historique, mais surtout des jeux d’acteurs jusque-là plutôt négligés.

De 1381 à 1450 : le choix d’un lieu central pour la maison commune.   

Les origines de l’hôtel de ville reposent essentiellement sur trois actes fonciers conclus entre 1381 et 1383, deux achats et une donation de maisons voisines dans le quartier de Saint-Pierre[22]. L’ensemble disparate est ensuite réaménagé de manière à ce qu’un tout cohérent émerge vers 1393, date de la première mention de l’édifice dans les sources. Des travaux nécessaires expliquent sans doute que la location de la « Cheminée » se poursuit à cette date, comme nous l’avons vu. Les historiens se sont peu posé la question du choix de ce lieu pour y établir l’hôtel de ville. Ils se sont limités à des considérations générales relevant d’un patriotisme urbain ou d’un hasard heureux pour la communauté. Il convient de reprendre chacun de ces actes pour mieux comprendre les raisons du choix définitif de l’implantation de l’hôtel de ville dans ce nouveau lieu.

Le premier acte conclu est la vente par l’abbaye Saint-Vincent d’une maison pour 50 livres en août 1381[23]. Auguste Castan a invoqué la nécessité pour la cité d’avoir des prisons « sérieusement garanties » pour justifier cet achat[24]. Or, la commune avait déjà la possibilité d’en construire dans la cité, avec l’accord de l’archevêque. L’autre argument traditionnel selon lequel cette abbaye urbaine cistercienne était en crise et avait de ce fait besoin d’argent n’est plus recevable. Des récentes recherches démontrent qu’elle maintient un nombre régulier de religieux – signe de sa capacité à recruter et de sa bonne santé économique –, et que les importants biens temporels acquis au fil des siècles lui donnaient les moyens d’assurer sa subsistance[25].

Notre hypothèse est que cette vente peut être rattachée à un meurtre, celui non résolu de l’abbé de Saint-Vincent en 1372. Les juridictions séculières de la ville ne firent pas d’efforts pour rechercher le(s) coupable(s) malgré l’existence de témoins, pas plus que l’archevêque n’en fit pour appliquer la réparation collective décidée par le pape en l’absence du jugement des coupables[26]. La situation semble en être restée là, jusqu’à ce que le duc de Bourgogne Philippe le Hardi envisage une enquête fouillée, ce qui effraya les gouverneurs de la cité[27]. Ces derniers disposent en outre d’un avantage non négligeable. En effet, si les abbayes de la ville ne peuvent acquérir de biens sans l’accord des citoyens et de l’archevêque, les gouverneurs peuvent quant à eux en acheter aux abbayes[28]. Les gouverneurs, qui entretiennent de bonnes relations avec l’abbaye, peuvent ainsi participer à cette réparation collective à moindre frais, et permettre ainsi à une affaire qui avait fait grand bruit à ses débuts d’être définitivement étouffée[29].

La deuxième acquisition, en juin 1382, est le fruit d’une donation d’un riche gouverneur, Vauchier de Saint-Paul, qui venait de perdre son fils unique. Dans son testament[30], il prévoit de léguer après sa mort et celle de son épouse la maison où il habite, « pour y tenir le consistoire et y garder les actes de la commune[31] ». Le deuil, l’absence de descendance et les « services rendus » à la cité semblent l’avoir conforté dans son choix. Mais Vauchier précise « si toutefois cette destination plait au conseil ». Sa prudence souligne que le choix du lieu est tout sauf évident et qu’il distingue sa proposition personnelle du choix collectif des gouverneurs. Ces derniers acceptent néanmoins le legs, qui se trouve à côté du premier achat cité ci-dessus.

La troisième acquisition concerne un immeuble, acquis en juillet 1383, qui appartenait à Étienne Pique, frère de Richard, archevêque de Reims. Il fut acheté comptant pour 353francs après de longues négociations[32]. Sans revenir sur les tous les détails de l’opération, il nous semble que cet achat est en lien avec un évènement jamais évoqué dans cette transaction : la sédition de juin 1383. Cet épisode demeure très mal connu et les motivations des deux meneurs nous échappent en grande partie. Originaires du quartier de Saint-Quentin, ils cherchent apparemment à soulever les artisans et à faire pression sur les gouverneurs[33]. Ce fut un échec car, faute de soutien, les deux meneurs sont rapidement arrêtés, jugés le 15 juin et condamnés à mort quatre jours plus tard. La révolte cesse rapidement et le fonctionnement habituel de la cité semble revenir assez rapidement.

Revenons sur l’interprétation à donner à cet évènement par rapport à notre sujet. Cette révolte a pu accélérer la réflexion sur le choix d’un lieu pour l’hôtel de ville dans la mesure où elle est menée par le « commun » et le « populaire » de la cité, méprisés par les élites mais qui par la révolte intègrent l’espace politique et acquièrent une liberté d’action bien plus élevée qu’à l’accoutumée. Ce « commun » était marginalisé, et dans d’autres villes, les représentants de l’exécutif local pour se prémunir de tensions sociales cherchent à mieux les intégrer à la gestion de ville et à l’impôt[34]. Il est vrai que les révoltes font particulièrement peur aux autorités, notamment par leur répétition à la fin du Moyen Âge. Le registre des délibérations municipales de Besançon en 1383 évoque ainsi des élections quelques jours après cette révolte : « a la maniere accutumée furent elehuz par le communz de la citey de Besançon »[35]. Pour la période antérieure, les sources plus rares parlent de désignation, laissant supposant que le « commun » de la cité est tenu à l’écart[36]. En 1388, les premiers registres de comptes de Besançon sont rendus « a vous messieurs les gouverneurs et au peuple pour ce ycy essamblés (…) »[37]. Ces quelques hommes du « commun » admis dans la participation à ces débats témoignent d’un changement majeur, puisque l’accès aux documents comptables est déjà un acte fort livrant la gestion urbaine à la publicité et l’ôtant aux procédures occultes[38]

Ainsi, suite à la révolte de 1383 et pendant quelques années, le « commun » est mieux intégré à l’élection des gouverneurs et semble davantage participer au gouvernement urbain. Ce dernier comprend de fait plus de membres, justifiant la quête d’un local plus vaste, d’où ce troisième achat. Mais cette remarque n’explique pas la raison du choix du quartier de Saint-Pierre. Pourquoi construire un bâtiment communal dans ce quartier grâce à ces nouveaux biens achetés, qui pouvaient être loués comme d’autres chaque année par la cité ? Et pourquoi implanter le lieu du pouvoir dans ce quartier et pas dans un autre ?

Le profil socio-économique de la cité est un élément à prendre en compte. Alors que les quartiers d’outre-pont et Saint-Quentin semblent trop chers pour les gouverneurs[39], que celui du Bourg est lié historiquement à l’archevêque et que Chamars est peu urbanisé, le quartier de Saint-Pierre est celui qui offre le plus d’opportunités. Par ailleurs, la question du lieu de réunion et de délibération est un problème d’histoire urbaine, car il met en jeu des configurations spatiales et des usages sociaux qui confèrent du sens à ces lieux[40]. Il se trouve que la grande rue est une des plus anciennes de la ville et c’est là que se situe l’église Saint-Pierre, la première bâtie dans la cité. Les gouverneurs commandent de nombreuses messes dans cette église, qui gardait des reliques utilisées lors des processions urbaines[41]. Le secteur autour de l’église Saint-Pierre apparaissait donc idéal pour construire un hôtel de ville[42]

Ce nouvel emplacement a acquis très vite sa propre légitimité. Nous savons que les gouverneurs firent une enquête en 1435 sur les origines de l’hôtel de ville et des armoiries de la cité. Sept témoignages sont conservés[43], et si tous parlent des locations antérieures, trois témoins ont recours au terme locus. Ce terme est très riche de significations, mais il donne au lieu médiéval un sens positif et riche, et c’est autour de lui que s’ordonnent tous les mouvements de l’être selon Paul Zumthor[44]. Tout ceci concourt à faire de l’édifice un véritable lieu, puisque le locus médiéval, selon Didier Méhu, doit correspondre à trois critères essentiels : être un indicateur de distinction spatiale, de distinction sociale et de réalisation[45]. Ce lieu, du reste, n’est plus un lieu comme les autres. Les gouverneurs en prennent possession et y intègrent leur propre temps, leur histoire et celle de la communauté dont ils sont membres. C’est dans et par ce bâti que la communauté continue de se constituer et qu’elle existe[46]. C’est paradoxalement au moment où il semble se pérenniser vers le milieu du XVe siècle qu’il doit affronter de nouvelles oppositions.

De 1450 à la fin du XVIe siècle : ultimes hésitations et pérennisation de la « maison commune » devenue un lieu de l’honneur urbain.

Entre décembre 1450 et septembre 1451, Besançon connaît une très grande révolte, qui a été un événement considérable dans l’histoire de la cité[47]. Elle est marquée notamment par la prise de l’hôtel de ville en février 1451 et l’expulsion des gouverneurs légitimes, avant qu’un groupe de quatorze révoltés n’exercent le pouvoir pendant sept mois. L’attitude des révoltés fut pour le moins ambiguë vis-à-vis de l’hôtel de ville. L’édifice est préservé, alors qu’il symbolise ce pouvoir urbain critiqué, pendant que certaines maisons de notables sont pillées. Il conserve pendant toute la révolte sa fonction politique[48] et il fut même valorisé, puisque dans leur procès de septembre 1451, les révoltés utilisent 82 fois le terme « maison de la ville[49] ». Cette dernière mention est intéressante, car les gouverneurs dans les années 1440 parlaient quant à eux de « maison commune ». Cette dernière dénomination souligne paradoxalement davantage la marque d’un pouvoir personnel[50]. Cette forte opposition a fait dire à Georges Duby que cette révolte fut un véritable « mouvement démocratique »[51]. C’est un des nombreux paradoxes de cette révolte qui va voir peu à peu les révoltés imiter les anciens gouverneurs, pourtant honnis, dans la manière de gouverner.     

Toutefois, nos sources font état de trois réunions d’un « conseil restreint » se tenant au domicile de deux des quatorze hommes qui avaient pris le pouvoir[52]. Le contenu de ces réunions nous échappe, mais les principales décisions prises par les révoltés semblent y avoir été décidées, comme la spoliation et la vente des biens des plus riches notables de la ville, ou la volonté d’armer les habitants pour résister au maréchal de Bourgogne, qui libérera la ville en septembre 1451. Un témoignage évoque à ce sujet d’un « restraint et secret conseil[53] », la révolte étant marquée par le retour à un nomadisme relatif dans un climat peu serein. Des historiens ont montré que la volonté de retourner à certaines pratiques politiques anciennes est typique des révoltes, en lien avec le mythe d’un « âge d’or » caractéristique du Moyen Âge, qui va de pair avec l’idée d’un retour à l’origine[54]. Dans le cas de Besançon, ce mythe correspondrait aux années qui suivent l’obtention des franchises urbaines, les mutins du reste n’hésitant pas à montrer les franchises originales à la population. La grande révolte cessa avec la venue du maréchal de Bourgogne qui libéra la ville en septembre 1451 et il imposa aux habitants de déposer leurs armes à l’hôtel de ville, puis d’écouter le nouveau traité conclu entre le duc et la cité. Les anciens gouverneurs sont rétablis : le lieu où se trouve l’hôtel de ville redevient central et retrouve toutes ses fonctions. 

Après 1451 et la grande révolte, l’édifice apparaît de moins en moins comme une « maison de la ville » et de plus en plus comme le miroir des pratiques sociales des notables. Les comptes de la commune du XVe siècle – pour la plupart inédits – montrent de ce point de vue une série de travaux significatifs[55]. Seule la présence de l’artillerie et des vivres rappellent les fonctions multiples de l’édifice d’une ville qui ne souffre ni de nouvelles révoltes, ni des guerres de succession de Bourgogne. L’hôtel de ville peut ainsi, au tournant des XVe et XVIe siècles, devenir le lieu de l’honneur de la cité, mais il voit une concurrence nouvelle en la personne de Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des sceaux et conseiller de Charles Quint. Le Comtois est accueilli princièrement à Besançon lors de sa venue le 2 février 1532, afin d’établir les premiers plans d’un magnifique palais qui devait le « rendre cher aux Bisontins[56] ». Les travaux durent de 1534 à 1540, dans la Grande Rue, où se trouve l’hôtel de ville. Cette construction confère une fonction de prestige à la Grande Rue, faisant le trait d’union entre le quartier capitulaire et les quartiers de la rive droit du Doubs. Au même moment, l’hôtel de ville est en piteux état, ce qui donne l’impression d’assister à un transfert du pouvoir, d’autant plus que Nicolas Perrenot de Granvelle est depuis 1527 le juge de la cité de Besançon dont l’empereur demeure le gardien.  

Pourtant, l’hôtel de ville connaît dans cette seconde moitié du XVIe siècle une véritable renaissance. Elle est d’abord architecturale, avec des travaux concernant la façade entre 1569 et 1573, comme nous pouvons encore le voir de nos jours. L’édifice reconstruit semble renouveler son alliance politique avec l’empereur : se trouvent une niche encadrée de deux colonnes pour installer une statue de Charles Quint, ainsi qu’une inscription rappelant la fidélité à l’empereur[57]. Cette décennie 1570 fut aussi la période où l’hôtel de ville servit d’écrin pour rassembler toute l’histoire de la cité. Les tous premiers classements des archives municipales et les premiers inventaires datent de ces années 1560-1570, contemporaine également des toutes premières rédactions des chroniques urbaines. Une véritable politique mémorielle se met en place, conduite par les gouverneurs, et dans laquelle l’hôtel de ville occupe une place essentielle. Ce lieu semble donc être valorisé et ces années semblent conforter le choix de ce lieu, d’autant plus qu’en 1575, la ville commande sa toute première représentation iconographique.

Cette vue cavalière de Besançon est due à Pierre d’Argent. Elle souligne d’abord le cadre géographique exceptionnel de Besançon, avec le méandre qui avait impressionné Jules César, qui est à l’origine du terme de « boucle » pour parler de cette partie de la ville. Le document est particulièrement précieux pour mesurer l’étendue de l’urbanisation de Besançon à ce moment. L’intérêt n’est pas dans les maisons civiles dessinées de manière stéréotypée, mais dans les monuments, surtout ceux à caractère religieux. L’hôtel de ville représenté au détour d’une grande rue assez sinueuse est du reste celui de 1568 avant les travaux[58]. Il semblerait être un lieu anodin, s’il n’était indiqué par une légende discrète. Le terme praetorium employé pour qualifier l’hôtel de ville est le seul terme mentionné pour un bâtiment laïc de la « boucle ».

Fig. 2. L’hôtel de ville de Besançon d’après Pierre d’Argent.

            L’hôtel de ville de Besançon semble être devenu un véritable marqueur de l’identité urbaine et un édifice majeur de la communauté. Une autre vue de la cité, due à Jean Maublanc en 1618, procède d’une analyse assez proche. Cette vue sert à illustrer l’ouvrage de Jean Jacques Chifflet, Vesontio, paru en 1618 et considéré comme un événement au-delà de Besançon et du comté de Bourgogne[59]. La ville comptait alors environ 12000 habitants, et recensait plus d’habitations par rapport à 1575. L’hôtel de ville se distingue davantage encore dans la représentation de 1618. Intitulé domus civica, il comporte le seul nom de bâtiment écrit dans la boucle, les autres étant indiqués par des numéros et une légende de part et d’autre du document iconographique. Sans aucun doute, la volonté de mettre en valeur cet édifice, représenté avec quelques personnes dans la cour, est manifeste. Il apparaît comme un lieu essentiel de la cité, faisant jeu égal avec l’église Saint-Pierre qui lui fait face, affirmant ainsi son pouvoir dans l’espace urbain.

Fig. 3. L’hôtel de ville de Besançon d’après le Vesontio de Jacques Chifflet.

Ces plans sont aussi le témoignage d’un nouveau contexte. Besançon voit en ce début de XVIIe siècle la fin des menaces venues de l’extérieur, ce qui justifie de moins en moins les coûteuses fortifications ou l’entretien des murs d’enceinte. Bernard Chevalier souligne que l’édification d’une maison commune remarquable par ses formes imposantes et la richesse de son décor devient de plus en plus une manifestation de l’honneur urbain[60], la ville médiévale pouvant avoir à défendre son honneur, « c’est à dire tout ce qui le situe dans l’échiquier des richesses et des considérations sociales »[61]. L’honneur d’une ville rejaillit sur celui de ses habitants, à commencer par les plus honorables d’entre eux : il faut donc qu’il se fasse reconnaître par quelque marque extérieure. Si les murailles ou le mur d’enceinte demeurent encore un élément qui compte dans le symbolisme urbain, l’hôtel de ville remplit également ce rôle.

Toutefois, cette nouvelle considération pour l’hôtel de ville est assez tardive dans le cas de Besançon – comme dans d’autres cités du royaume de France – et finalement limitée dans le temps, du début du XVIIe siècle à la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV en 1674. Le roi de France, lors d’une visite à Besançon en 1683, loge du reste dans le palais Granvelle, où il se fit présenter tous les corps constitués de la cité. Cela symbolise la perte de l’influence de l’hôtel de ville. Les institutions françaises sont appliquées dans cette nouvelle province. La perte pour la cité du droit d’élire son magistrat en 1676, le fait de devenir une « ville à mairie » à l’instar d’autres du royaume, de même que l’introduction de la vénalité des offices en 1692[62], amènent une rupture nette dans les usages politiques. 

Malgré cela, la vie municipale se poursuit et le lieu constitué par la « maison commune » n’est dès lors plus remis en cause. Il demeure un édifice qui « parle du pouvoir » et semble demeurer un lieu de mémoire et un marqueur du pouvoir. Patrick Boucheron souligne de ce point de vue le rôle essentiel de la période comprise entre le XIIIe et le XVIe siècle, au cours de laquelle les marques du pouvoir se resserrent au centre des villes pour irradier à partir de lui[63]. La recherche de la concorde et de la paix sociale demeurent des impératifs politiques toujours urgents et sans cesse rappelés. Guy Saupin évoque que le pouvoir municipal demeure toujours en même temps un « relais de l’État et une autorité essentielle pour organiser une cohabitation sociale pacifiée entre de nombreux habitants dans un espace matériel contraint[64] ». L’hôtel de ville de Besançon demeure également et peut-être surtout le lieu symbole du consentement au pouvoir, et c’est sans doute pourquoi il continue de marquer autant cette cité de son empreinte.



[1] L’auteur sera condamné à 4 années de prison, et les travaux sont estimés à 2 millions d’euros.

[2] Les travaux historiographiques se limitent à ceux de Castan A., Les sceaux de la commune, l’hôtel de ville et le palais de justice de Besançon, Besançon, Dodivers, 1872. Signalons aussi Fohlen C., Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre, 1964 (réédition en 1981).

[3] Sur cette construction emblématique de la ville et de l’imaginaire médiéval, quelques travaux existent essentiellement pour la France du nord : De La Queriere E., Notice historique et descriptive sur l’ancien hôtel de ville : le beffroi et la grosse horloge de Rouen, Rouen, 1864 ; De Saint-Léger A., « Le beffroi de Bergues et l’ancien hôtel de ville », dans Bulletin de l’Union Faulconnier tome XXVII, fascicules 111 à 115, Dunkerque, 1930 ; la première synthèse est le fait de Battard M., Beffrois, halles, hôtels de ville dans le nord de la France et la Belgique, Arras, Brunet, 1948. Duby G. (dir.) Histoire de la France urbaine. Tome 2 : la ville médiévale, Paris, Seuil, 1980. Dans cette synthèse devenue « classique », seules quelques lignes sont consacrées à ce bâtiment urbain (p. 226-228). Si une synthèse récente en histoire de l’art existe (Pérouse De Montclos J-M, Hôtels de ville de France. De la curie romaine à la mairie républicaine, vingt siècles d’architecture municipale, Paris, Actes Sud, 2000), les recherches sur l’époque médiévale demeurent bien peu nombreuses. Il existe une thèse récente et non publiée par Delrue L., Beffrois et hôtels de ville de la fin du Moyen Âge en Flandre française. Les chantiers du pouvoir urbain, thèse de l’École des chartes, 2001) ; un colloque récent Notre-Dame et l’Hôtel de ville : incarner Paris du Moyen Âge à nos jours (Paris, 21-23 novembre 2013) sous la dir. de Isabelle Backouche I., Bove B., Descimon R., Gauvard C., Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 ; enfin, une journée d’étude publiée sous le titre Le bazar de l’hôtel de ville : les attributs matériels du gouvernement urbain dans le midi médiéval (XIIe-XVsiècles), sous la dir. de Ezécheil J-C, Lavaud S., Petrowiste J., Bordeaux, éditions Ausonius, 2016.

[4] « un véritable lieu n’existe pleinement qu’en tant qu’il possède une portée sociale, en termes de pratiques comme de représentations, qu’il s’inscrit comme un objet identifiable dans un fonctionnement collectif dans lesquelles peuvent potentiellement – pas systématiquement – se reconnaitre les individus. » Lévy J. « Lieu 3 », dans Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, consulté sur EspacesTemps.net (https://www.espacestemps.net/articles/lieu-3/). La caractérisation d’un espace comme lieu est pour lui une construction.

[5] Le terme spatium existe, mais il est rare et d’interprétation complexe. Il désigne soit un intervalle, une mesure de distance entre deux points ou une durée temporelle, mais jamais une étendue homogène, une surface continue, ce que nous nommons un « espace ». Schmitt J.C., « De l’espace aux lieux : les images médiévales », dans Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Construction de l’espace au Moyen Age : pratiques et représentations, 37ᵉ congrès, Mulhouse, 2006, p. 317-346.

[6] Méhu D., « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval (XIe-XIIIe siècle) », dans Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Construction de l’espace au Moyen Age : pratiques et représentations, 37ᵉ congrès, Mulhouse, 2006, p. 277.

[7] Outre sa fonction politique, l’hôtel de ville de Besançon accueille des religieux lors des grandes prédications (comme le frère Vincent Ferrier en 1417, prêchant devant 10000 personnes), dispose de prisons pour les détenus, stocke l’artillerie de la ville et de la nourriture. Les commerçants arrivent tardivement : les premières boutiques prennent place en 1744 dans l’un des couloirs inférieurs.

[8] Boucheron P. et Chiffoleau J., Le palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon, PUL, 2004, p. 10.

[9] Bernard Chevalier a montré que cette situation est assez courante à l’époque. Il recense des réunions de l’exécutif municipal dans des églises, des couvents, chez des particuliers ou en louant des petites salles : Chevalier B., « Les villes et leurs hôtels », dans Salamagne A., Hôtels de ville. Architecture publique à la Renaissance, Collection Renaissance, Presses Universitaires François-Rabelais de Tours, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 18.

[10] Archives Municipales de Besançon (désormais A.M.B), AA 11. Il est peut-être situé dans la bannière de Chamars, la moins urbanisée, incluse dans la boucle et protégée par des remparts.

[11] Salamagne 2015, p. 8.

[12] Crouzet-Pavan E., « Le palais des doges et Venise : les problématiques d’un effet de représentation », dans Boucheron & Chiffoleau 2004, p. 231.

[13] A.M.B, BB 1, fol. 39.

[14] A.M.B, BB 1, fol. 38.

[15] A.M.B, BB 1, fol. 74.

[16] A.M.B, BB 1, fol. 184.

[17] Le concept de « non-lieu » a été théorisé par M. AUGÉ, Non lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Pais, Seuil, 1992, dans un ouvrage qui a fait débat au moment de sa parution.

[18] A.M.B, BB 1, fol. 176. Cette maison est louée à Jean Pourcelet. Castan la place au 8 rue des chambrettes. (Castan A., Les sceaux de la commune…, p. 8).

[19] A.M.B, DD 93, fol. 6.

[20] En 1392, le trésorier règle 6 florins et 8 gros à Jean Pourcelat pour le « lohier de la tour ou l’on tient conseil de la ville ». (A.M.B, CC 2, fol. 24v). Un loyer de 100 sous est encore versé en juin 1393 (fol. 28v). Cette propriété semble disposer d’une chapelle gothique (Castan 1872, p. 18).  

[21] Laurence Delobette explique que le 21 mars 1422, Louis de Chalon était peut-être présent dans la suite ducale lorsque le duc prête hommage à l’archevêque Thiébaud de Rougemont « en la maison et habitation de Jehan Pourcelot de Besançon, escuier, en la saule haulte darriere icelle maison ». Delobette L. (dir.), L’héritage de Louis de Chalon (mort en 1463). « Mis en estrif et en discorde ensemble à cause de leur partage », Vy-les-Filain, Éditions Franche-Bourgogne, 2017, p. 24.

[22] Il y a d’abord la vente par l’abbé de Saint-Vincent d’une maison en août 1381 aux gouverneurs. Le deuxième acte est une donation d’une autre maison touchant la première par un gouverneur en juin 1382. Enfin, le dernier est l’achat d’une maison voisine en juillet 1383.

[23] Il est intéressant de savoir qu’il y a aussi la transmission symbolique du verrou par la sacristain de Saint-Vincent. On peut la relier à la cérémonie de remise des clés des portes de la ville, avec l’idée que les gouverneurs par ce bâtiment prennent véritablement le contrôle sur l’espace.

[24] Castan 1872, p. 18.

[25] Gauzente B., Les abbayes et les couvents de Besançon à la fin du Moyen Âge (1350-1500). Des établissements urbains entre crises et Renaissance, thèse de doctorat soutenue le 17 déc. 2009 sous la dir. de J. Theurot, Université de Besançon, p. 566.

[26] L’empereur demeure en retrait pendant cette affaire.

[27]  Les gouverneurs donnent à Hugues de Chalon-Arlay 1000 florins d’or pour traiter « paix et accord » avec le duc, autrement dit pour enterrer l’affaire. Ce meurtre est comme absorbé dans la « rémission et pardonnance » accordée par le duc et la duchesse aux habitants de Besançon, le jour où un traité de garde est conclu le 24 mai 1386. Bubenicek M., Entre obéissance et rébellion. L’espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi, Genève,  Droz, 2013, p. 370-372.

[28] Gauzente 2009, p. 231.

[29] Fohlen C., Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre, 1964, p. 420.

[30] Il avait déjà fondé une chapelle pour son fils dans l’église Saint-Pierre.

[31] Castan 1872, p. 19. 

[32] Castan 1872, Ibidem

[33] La révolte dure du 7 au 10 juin 1383, avant l’élection annuelle des gouverneurs le 24 juin.

[34] Nadrigny X., « Espace public et révolte à Toulouse à la fin du Moyen Âge (vers 1330-1440) », dans P. Boucheron, N. Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, PUF, le nœud gordien, 2011, p. 333.

[35] A.M.B, BB 2, fol. 4. 

[36] Pour l’élection de 1290, il est écrit: « Çou sunt li XVI prodomes qui sunt / establiz por torner chascun jor en la chemeneie, sor poinne de XII deniers qui ne i vient (…) » (A.M.B, BB 1, fol. 176).

[37] A.M.B, CC 2, fol. 1.

[38] Nadrigny X., op. cit., p. 335.

[39] Nous connaissons les montants des impôts pour les années 1389-1394 réglés pour chacun des quartiers. Pour Saint-Quentin, le montant s’élève à 1143 florins, 1083 pour Battant, 692 pour Saint-Pierre, 659 pour Charmont, 552 pour le Bourg, 403 pour Arènes et 262 pour Chamars. (A.M.B, CC 2, fol. 1-2v).

[40] Boucheron P., « Espace public et lieux publics : approches en histoire urbaine », dans Boucheron & Offenstadt 2011, p. 99.

[41] Les restes de son fondateur, saint Eusèbe, qui, dit-on, avait résisté à Attila, sont conservés dans la chapelle souterraine, avant les reliques de Saint Prothade, évêque du VIIe siècle, et « Plus tard, lorsque le régime communal fut constitué à Besançon, c’est le conseil municipal qui, le plus souvent, prit l’initiative de demander, dans les dangers publics, que le clergé de Saint-Pierre exposât les reliques du St évêque, afin que la ville fut délivrée, par son intercession, des calamités menaçantes » (Suchet A., La chronique de l’église de Saint-Pierre de Besançon, Besançon, 1903, p. 14).  Ces processions sont connues pour le XIVsiècle.

[42] L’édifice reste mal connu pour le XVe siècle. Il dispose vraisemblablement de deux étages (le dernier est le lieu des réunions du conseil), d’une chapelle privée et d’une cour intérieure, des galeries extérieures dont l’utilisation peut être aussi religieuse.

[43] Ce sont des hommes âgés et appartenant à l’élite, dont celui d’un homme de 105 ans « mémoratif de 90 »

[44] L’auteur explique que le lieu est le morceau de terre où l’on séjourne, que l’on peut quitter et où l’on peut revenir, autour duquel s’ordonnent ainsi les mouvements de l’être. Zumthor P., La mesure du monde. Représentations de l’espace au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993, p. 51.

[45] Méhu 2006, p. 279-280. Ces 3 significations complémentaires sont l’expression d’une organisation sociale originale qui accorde une importance considérable à des points et à des moments socialement et spatialement déterminés à partir desquels se nouent les rapports sociaux structurels et les cheminements existentiels individuels

[46] Zumthor 2006, p. 92.

[47] Cette étude est le sujet de notre thèse de doctorat, sous la dir. de Michelle Bubenicek.

[48] Il demeure le lieu de réunions, où les habitants prêtent serment et le lieu d’où partent les messagers de la commune gouvernée par les rebelles.

[49] Une seule mention de « ostel de ville » dans ce même procès.

[50] Albert Rigaudière l’avait parfaitement résumé : « domus communis n’est pas véritablement à cette époque la maison commune mais plutôt celle d’un petit groupe qui considère le gouvernement de la cité comme relevant de sa compétence exclusive et le lieu de son exercice comme lui appartenant » (Rigaudiere A., Saint Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, PUF, 1982, p. 123-126).

[51] Duby 1980, p. 522.

[52] Elles ont lieu chez deux « antigouverneurs », qui désignent les 14 hommes qui ont mené cette révolte. Une se déroule chez Thibaut d’Orchamps, et deux autres au domicile de l’abbé de Bellevaux. (A.M.B, BB 5, fol. 60)

[53] A.M.B, BB 5, fol. 94.

[54] Fourquin G., Les soulèvements populaires au Moyen Âge, Paris, PUF, 1972, p. 11.

[55] Citons notamment des lieux d’aisance en 1454, une commande de verrières et de tableaux en 1456 ou un escalier en 1459 qui symbolise l’accès au haut lieu du pouvoir et souligne la majesté du lieu, avant l’installation d’un jeu de paume en 1466.

[56] Fohlen C. (dir.), Histoire de Besançon, 1964, p. 601.

[57] Deo et Caesari fidelis perpetuo.

[58] Debard J-M., « Planche VI : la vue cavalière de Pierre d’Argent (1575) », dans Les Cahiers de la Renaissance du Vieux Besançon, tome 2, Besançon, 1996.

[59] Vregille DE B., « Le Vesontio de Jean-Jacques Chifflet : histoire d’une histoire », dans L. Delobette L. et P. Delsalle P. (dir.), Autour des Chifflet : aux origines de l’érudition en Franche-Comté, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 113. Dans son ouvrage, Jean-Jacques Chifflet affirme que Besançon n’avait jamais abdiqué cette liberté civique. Il s’agit finalement avec ce livre, mais aussi avec cette vue, moins de dire ce que fut le Besançon romain ou médiéval que l’image que s’en faisait vers 1610 un bisontin érudit et patriote, lequel insérait à son texte une centaine de citations latines

[60] Chevalier 2015, p. 22. Le palais municipal de Paris date de 1533. L’auteur précise que seul l’urbanisme avec une véritable place fait défaut : ce sera l’œuvre du XVIIIe siècle.

[61] Gauvard C., « Honneur », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 2004, p. 688.

[62] Fohlen 1964, p. 53.

[63] Avec une dispersion qui s’interprète selon la logique des distances constitutives du pouvoir symbolique entre Moyen Âge et Renaissance.

[64] Saupin G. (dir.), Histoire sociale du politique, Rennes, PUR, 2011, p. 12.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search