La collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie aux XIIe et XIIIe siècles : un instrument du pouvoir royal ?

Aline Warie, doctorante en Histoire de l’art, architecture religieuse médiévale (XIIe-XIIIe siècle), UPJV – Trame E.A. 4284



La collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie (Yvelines) (fig. 1), dont les études récentes ont placé la construction dans les années 1150, tient une place singulière dans l’histoire de la première architecture gothique. Elle se compose, au-delà du massif de façade, d’une nef de sept travées voûtées d’ogives sexpartites que longent des collatéraux voûtés d’ogives quadripartites. Le chevet se composait originellement d’un rond-point hémicirculaire ceint d’un déambulatoire de même tracé (fig. 2). Le haut vaisseau est à trois niveaux : grandes arcades en arcs brisés reposant sur une alternance de piles faibles et de piles fortes, tribunes voûtées d’ogives quadripartites et en berceaux brisés transversaux, et enfin fenêtres hautes en arc brisé (fig. 3).

Autrefois située dans le diocèse de Chartres, province ecclésiastique de Sens qui fut « jusqu’au XVIIsiècle, le siège de l’archevêché dont dépendaient les diocèses de Paris et Chartres[1] », l’église bénéficie aujourd’hui d’une certaine reconnaissance. Classée « Monument historique » depuis 1840, son intérêt archéologique, les tribunes en arcs brisés transversaux ainsi que son implantation géographique ne sont pas étrangères au fait que les historiens de l’art aient posé leur regard sur ce monument.

Depuis quelques années la question d’ « un langage politique de l’architecture gothique » et plus précisément d’une architecture capétienne occupe les discussions des historiens de l’art[2]. À Mantes, les références architecturales successives à des lieux d’ascendance royale tels que la basilique Saint-Denis, la cathédrale de Senlis mais encore plus particulièrement à Notre-Dame de Paris[3] incitent à placer la collégiale au cœur de ce débat. Son ancrage au sein d’un territoire secoué par les conflits géopolitiques, opposant le royaume franc au duché de Normandie, sur fond de querelles familiales, a laissé des traces visibles tant dans la topographie que dans l’architecture de la ville. La collégiale va être au « cœur de la ville », qui, au XIIsiècle, est déjà l’objet de toutes les attentions. La signification politique du parti architectural de la collégiale mantaise mérite donc d’être questionnée.

Une ville au cœur d’un conflit géopolitique.

Fig.4. L’extension du domaine royal en 1154 (M. Balard, J.-Ph. Genet, M. Rouche, Le Moyen Âge en Occident, Paris, Hachette, 2011, p. 348).

La ville de Mantes-la-Jolie est située à mi-chemin entre Paris et Rouen, à la frontière du Vexin normand. Depuis le Xsiècle, ce territoire est sujet aux guerres. La dynastie capétienne s’implique très tôt dans la conquête et le contrôle de ce territoire. À cause de sa place de ville-frontière au sein du royaume franc, elle nécessite d’être mise en défense, tant son emplacement est stratégique (fig. 4). C’est ainsi qu’au XIe siècle une petite construction et une tour, probablement en bois, sont érigées (fig. 5). Toutes deux se trouvaient très certainement sur la butte, aujourd’hui appelée « la Motte », non loin de la collégiale.

En 1077, Philippe Ier profite du fait que le nouveau comte du Vexin, Simon de Crépy, délaisse la politique régionale pour se consacrer à Dieu pour s’approprier le Vexin, qui est alors rattaché à la couronne. Cet événement provoque l’entrée en guerre de Guillaume le Conquérant qui pille et incendie la ville dix ans plus tard, entraînant la destruction d’une grande partie de celle-ci avec ses églises[4]. Le fief de Mantes est accordé à Philippe, demi-frère de Louis, tous deux fils de Philippe Ier. Louis prend la tête de l’armée royale et combat Guillaume le Roux en 1097 pour défendre le Vexin. Les Capétiens cherchent à augmenter leur pouvoir dans la région pendant le siècle suivant, caractérisé par leur rivalité constante avec les Plantagenêts.

Fig.5. La Motte aux IXe et Xe siècles (Eugène Saintier, Mantes, ville fortifiée, Mantes-la-Jolie, GREM, pl. 1).

La présence royale à Mantes, à la frontière de la Normandie, devient alors une nécessité et débute avec l’implantation de Louis dans la région. En 1108, devenu roi, il reprend le château de Mantes des mains de son demi-frère Philippe, avec l’aide des habitants. Au début du XIIsiècle, il hérite d’une principauté dont une partie s’étend de Mantes à Melun[5]. Il meurt en 1137.

 À sa mort en 1137, son fils Louis VII lui succède. Vers le milieu du XIIe siècle, il entre en conflit avec son frère Philippe, abbé de la collégiale Notre-Dame de Mantes. Le conflit entre les royaumes franc et normand perdure, et Mantes devient le point occidental du royaume français jusqu’au XIIIe siècle lorsque Philippe Auguste envahit la Normandie grâce à la prise de Château-Gaillard.

Cependant, en dépit de ces conflits, le XIIsiècle est, pour la ville de Mantes-la-Jolie, une période d’essor commercial, économique et social. La charte signée en 1110 y favorise l’économie et la mise en défense. La présence d’un pont atteste de l’importance de la ville sur le plan économique et militaire. C’est dans ce contexte que s’élève la collégiale actuelle.

La collégiale dans les textes anciens : l’église précédente et l’édifice actuel

Les constructions antérieures à la collégiale actuelle sont à peine documentées par quelques textes médiévaux et des chroniqueurs des XVIIIe et XIXe siècles. Les premières mentions d’une église « Notre-Dame » ou « Sainte-Marie » permettent d’envisager l’existence d’une première église qui pourrait être la précédente collégiale détruite au XIe siècle lors du sac de la ville par Guillaume le Conquérant[6]. La mention du chanoine Albéric en tant que clericus de Medanta castro dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres[7] avant 1080 renforce cette hypothèse. De toutes évidences, cette église se situait dans l’enceinte du château.

En 1125, une église Sainte-Marie est toujours citée. Elle est, à cette époque, en relation avec l’abbaye Saint-Victor de Paris[8] qui jouissait de la faveur royale[9]. L’église Notre-Dame est mentionnée parmi les abbayes du diocèse de Chartres dans la Gallia christiana[10] mais aussi dans le Pouillé du diocèse de Versailles où il est précisé que « l’abbaye de Mantes, mentionnée dans un titre de 1138, changea de destination et devint une collégiale »[11]. Auguste Moutié, dans Mantes, histoire, monuments et environ[12], affirme qu’au XIIe siècle, une église abbatiale Notre-Dame existait. La mention abbatiam Medantensis aecclesie Beatae Marie dans une charte de 1074[13] confirme cette hypothèse, à moins qu’il s’agisse d’une autre institution. L’église a probablement pris le titre de collégiale vers le milieu du XIIsiècle. C’est à cette époque, en 1152, qu’un conflit éclate entre Philippe, alors abbé de la collégiale et frère du roi Louis VII[14], et les chanoines.

 Une bulle pontificale, du pape Lucius III, datant du 7 janvier 1184, fait référence à « Sainte-Marie de Mantes »[15]. Lucius III y confirme à l’abbé de l’église Notre-Dame la moitié de la dîme du Bois-Guillaume et de Lierville qu’un laïc lui avait cédé. Une autre bulle pontificale émise quelques semaines plus tard et datée du 16 février 1184[16], informe que l’abbé avait tenté de s’approprier les rentes appartenant aux chanoines. Cet abbé n’est autre que Philippe Auguste, et ce prélèvement forcé correspondrait au besoin de financer le chantier de la collégiale[17]. En 1196, le roi choisit de céder ses droits à Hugues de Foucault, abbé de Saint-Denis[18]. Une bulle du pape Célestin, datée du 5 des calendes de juin 1197, et une autre du pape Innocent III de mai 1198[19], confirment cette cession. Cependant, elle est retirée, quelque temps après, des mains de l’abbé pour une raison inconnue[20].

Ces références successives laissent penser qu’un édifice existe bel et bien jusqu’à la construction de la collégiale actuelle qui remonterait aux années 1150[21]. Qu’il s’agisse de l’ancienne église ou de l’édifice actuel, tous deux étaient situés dans l’enceinte du château[22] dans lequel il y avait une chapelle, sous le vocable de saint Nicolas ou de saint Lubin. Un chapelain était chargé d’administrer les sacrements aux commensaux. Une fois la chapelle du rosaire — ou chapelle de Navarre — construite au cours du XIVe siècle, le culte qui se déroulait autrefois au château y aurait été transféré. Le chapelain y aurait continué ses activités. Quand l’espace de la chapelle fut devenu trop restreint pour accueillir les fidèles, le culte aurait été transféré dans la nef. La noblesse aurait demandé au chapitre d’établir la cure Sainte-Croix dans celle-ci. Ce dernier aurait accepté en échange d’une prébende de canonicat. La fabrique de Saint-Lubin fut vraisemblablement transférée à Notre-Dame en 1407.

La question du commanditaire et du financement de la construction

Au Xe siècle, l’Île-de-France bénéficiait du patronage royal des Capétiens[23]. La première collégiale Notre-Dame de Mantes a dû être fondée par le titulaire du pouvoir en place, peut-être Herbert II de Vermandois (vers 880 – 943) qui était alors comte du Vexin et dont la fille Liégarde fit une donation à la collégiale[24]. À Mantes, ce roi avait déjà fait bâtir le prieuré Saint-Georges qui n’existe plus aujourd’hui[25].

La collégiale était un moyen d’exalter la puissance du roi. Au XIsiècle, les fondations de collégiales se développent en Île-de-France et dans la partie centrale du royaume[26]. L’aspect politique de ces fondations est prédominant. Le développement des collégiales semble trouver sa place sous le règne Robert le Pieux avec les fondations châtelaines[27]. C’est sous son règne aussi que sont établis les chapitres de Poissy, Étampes et Melun[28]. Robert le Pieux avait fait de Poissy une résidence royale tout comme Louis VI, au XIIe siècle, fait de Mantes une résidence habituelle des Capétiens. Les souverains étaient désireux d’avoir un chapitre dans leur résidence favorite. Les deux villes ont trouvé leur essor grâce à la fondation de collégiales[29]. On peut imaginer que Robert le Pieux, fils d’Hugues Capet, avait déjà initié le mouvement pour Mantes au XIe siècle. Les collégiales jouissaient d’avantages liés à la couronne, telle que la franchise seigneuriale qui concédait aux habitants d’un bourg un ensemble de droits et de privilèges (justice, autogestion des affaires, défense des droits…). Le roi pouvait être lui-même le fondateur d’une collégiale, afin de répondre à un besoin politique de contrôle. Ces fondations royales semblent s’étaler au cours du XIe siècle.

À Mantes, la collégiale actuelle a pu être fondée par un seigneur (collégiale castrale) ou un roi (collégiale royale). Cependant, l’omniprésence et l’implication des souverains correspond plutôt à une commande royale[30]. Comme à Notre-Dame de Paris[31], la question d’une intervention royale dans le chantier se pose. C’est une question qu’Irina Oboukhova a longuement étudiée[32]. La construction de la collégiale actuelle aurait débuté sous Louis VI le Gros et Louis VII le Jeune, soit dans la première moitié du XIIe siècle[33]. La collégiale du XIIe siècle aurait donc été fondée par un roi ou un proche de la famille royale, financée par la bourgeoisie, le chapitre et la royauté. Louis VII aurait pu en être le commanditaire, il en devient d’ailleurs l’abbé en 1159[34]. En 1150, il confirme la charte communale de la ville de Mantes octroyée par son père, Louis VI, en 1110[35]. En 1153, il met en place une foire annuelle dont la moitié des revenus lui revient. Au cours des années 1150-1160, Louis VII entreprend plusieurs pèlerinages (Saint-Jacques-de-Compostelle en 1154 et le Mont Saint-Michel en 1158), et se présente alors comme un roi pieux. Sur le plan politique, le roi s’était engagé à procurer la paix au peuple chrétien. Il avait affirmé son rôle religieux en organisant le concile de Soissons en 1155 au cours duquel il tint la promesse que « toutes les églises du royaume avec toutes leurs possessions (…) aient toujours la paix et la pleine sécurité »[36]. Samson de Mauvoisin, auparavant prévôt de Chartres et abbé de Mantes avant d’être archevêque de Reims — fondateur à Mantes du prieuré Sainte-Marie-Madeleine en 1133[37] — était présent lors de ce concile. Ceci témoigne de nouveau d’un lien fort des personnages mantais avec la royauté[38]. Le Capétien portait également intérêt au développement économique des villes de son domaine. En 1163, il accorde le droit à la commune d’acquérir des biens. Il y avait les bourgeois pour alliés, tout comme son père. Laisser se développer les conjurations bourgeoises était un avantage qui lui avait permis de renforcer son pouvoir dans la ville, ce qui permet de supposer l’implication de la confrérie de l’Assomption[39] dans le financement de la construction[40], d’autant plus que les pairs qui y siégeaient avaient le gouvernement et l’administration de l’église[41]. Vraisemblablement créée en 1011 ou 1012[42] par Robert le Pieux[43], elle est composée de bourgeois et de marchands chargés d’élire un conseil de douze notables remplissant des fonctions multiples dont le but était de maintenir la paix et la justice[44], et dont feront partie les échevins.

Dans cette optique, la création d’un chapitre — près du château et du noyau urbain[45] — par la construction d’une collégiale, aurait pu participer à l’essor de la ville, et par conséquent à une démonstration de force et de pouvoir face à la Normandie.

La collégiale du XIIe siècle : une architecture capétienne ?

La présence d’un éventuel « langage capétien » au sein de l’architecture de la collégiale, qui ferait dès lors de l’édifice un véritable outil de propagande dynastique, est au cœur des questionnements.

Fig. 6. Vue sur le chœur. Collégiale de Mantes. Cl. A. Warie.

L’argent laissé à la ville par Guillaume le Conquérant a sans doute servi à la reconstruction de l’église précédente plutôt qu’à la construction de la collégiale du XIIe siècle. Il est possible que les sommes — dont nous ne connaissons pas le montant — aient été employées à tracer les fondations, à élever le mur de soutènement au nord-ouest ainsi que la porte nord de la façade occidentale[46]. Les six colonnes monolithes du rond-point et leurs chapiteaux sont peut-être des vestiges de l’ancienne église détruite par Guillaume le Conquérant[47](fig. 6). La présence continuelle de clercs en relation avec une église, probablement collégiale, depuis le début jusqu’au milieu du XIIe siècle, laisse supposer que l’église reconstruite existait bel et bien, mais la question de son emplacement demeure irrésolue. Toutefois, Irina Oboukhova a vu dans la rupture de la progression du chantier des parties hautes à la quatrième travée orientale les conséquences de la présence de l’ancienne église dont la façade aurait pu jouer un rôle de clôture permettant de maintenir la vie canoniale durant les travaux[48].

L’actuelle façade occidentale de la collégiale reprend le type classique de la façade à deux tours et se démarque par ses divisions horizontales et verticales. Elle est percée de trois portails, dont le nord est la partie la plus ancienne de l’édifice. Il est dédié à la Résurrection du Christ, les chapiteaux des colonnes et les sculptures des voussures rappellent ceux de la Porte des Valois de la basilique Saint-Denis (fig. 7 et fig. 8). Le portail suivant est dédié à l’Assomption de la Vierge, s’inscrivant dans un XIIe siècle marqué par l’extension du culte marial. Ce portail offre par sa technique et son iconographie des ressemblances frappantes avec celui de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Senlis[49] (fig. 9 et fig. 10). L’élévation de l’église est divisée en trois niveaux : les grandes arcades, les tribunes et les fenêtres hautes. La nef est couverte d’une voûte d’ogives sexpartites. Le chœur est conçu comme un prolongement de la nef, aucun transept ne vient diviser l’espace. L’hémicycle compte sept travées et six colonnes monolithes de faible diamètre (50 cm), couronnées de chapiteaux. Au niveau intermédiaire, sept oculi laissent entrer la lumière dans le chœur et la nef à travers les voûtes en berceaux brisés transversaux des tribunes dont l’origine est à chercher dans l’architecture carolingienne et cistercienne[50].

Cela n’échappe pas au spectateur, l’architecture de la collégiale de Mantes emprunte beaucoup à celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ces affinités résident dans la présence d’oculi — au niveau intermédiaire — entre les grandes arcades et les fenêtres hautes, qui ornaient aussi primitivement le troisième niveau de la cathédrale parisienne (fig. 11). De même, la présence de larges triplets ouvrant sur la nef évoque le traitement des tribunes de la nef de Notre-Dame de Paris[51]. Ces oculi se retrouvent dans le chœur de la collégiale Notre-Dame de Moret-sur-Loing (bâtie vers 1140 et consacrée en 1166, puis reconstruite à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle) et à la nef de Saint-Martin de Champeaux (1180-1200)[52]. À Moret-sur-Loing, où le roi de France possédait un château dès le rattachement de la ville au domaine royal en 1108, les oculi occupent seulement le niveau intermédiaire du chœur tandis qu’ils s’étendaient autrefois sur tous les murs gouttereaux des tribunes de la collégiale mantaise (fig. 12). Il faut également noter l’empreinte de la cathédrale parisienne dans le dessin des triplets ouvrant sur la nef[53]. Saint-Martin de Champeaux — qui a hérité des oculi parisiens — était liée à l’abbaye Saint-Victor de Paris[54], abbaye avec laquelle la collégiale mantaise entretenait des liens. Des affinités avec la cathédrale parisienne se retrouvent également dans le décor sculpté et la modénature, tels que les chapiteaux feuillagés, le décor en dents de scie au pourtour des fenêtres ou encore les damiers courant le long de la corniche. Selon Anne Prache, « le maître des parties hautes de Mantes a dû être recruté sur le chantier de la cathédrale de Paris »[55]. Au XIIsiècle, plusieurs acteurs auraient pu jouer un rôle dans la circulation des modèles architecturaux. Nul doute qu’une rencontre s’est certainement produite avec un architecte présent sur le chantier de la cathédrale parisienne ou de la collégiale mantaise, par le biais des chanoines ou de membres proches de la famille royale, si ce n’est le souverain en personne. Le fait que Philippe de France, frère du roi Louis VII, après avoir été abbé de la collégiale de Mantes, fut archidiacre de Paris, témoigne de ces possibles échanges et relance la question d’une architecture capétienne.

Toutefois, la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie ne peut pas être limitée à une simple reproduction de la cathédrale parisienne[56]. Pour Anne Prache, Notre-Dame de Senlis — ville dans laquelle le roi était principal seigneur et propriétaire[57] tout comme à Mantes et dont la construction a reçu le soutien de Louis VII — aurait pu servir de modèle pour les parties inférieures, tandis que celui de Notre-Dame de Paris ne se fait sentir qu’à partir du niveau des tribunes[58]. Elle compare les collatéraux et le déambulatoire de la collégiale mantaise avec la cathédrale senlisienne (fig. 13, fig. 14), en s’appuyant sur l’alternance des supports — piles composées et colonnes simples — sur les colonnes monolithiques du rond-point ainsi que sur les trois colonnes engagées s’élevant vers la voûte, y compris au-dessus des supports faibles, et sur les similitudes qu’elle observe dans la sculpture des chapiteaux (fig. 15, fig. 16). Certains d’entre eux se rapprochent de ceux du rond-point du chœur de la cathédrale Saint-Étienne de Sens (vers 1140). Elle place ainsi la construction du premier niveau de la collégiale dans la suite de la cathédrale de Sens et de Senlis, entre 1155-60 et 1170, et la construction des deux niveaux supérieurs vers 1170-1175. Enfin, il faut noter que les dispositions du chœur (fig. 17), trois fines colonnettes composées de fûts de pierre en délit et placées bout à bout montant jusqu’à la voûte, rappellent celles du chœur de Noyon (1145-1150 ; fig. 18) et de Saint-Germain-des-Prés (ap. 1163 ; fig. 19) tandis que le niveau inférieur des grandes arcades en arcs brisés renvoie à celui de la basilique Saint-Denis (1144 ; fig. 20). Tous ces édifices font partie du domaine royal et sont des marqueurs spatiaux de la présence capétienne. Cette dernière transparaît dans la sculpture des portails, dans le plan et l’élévation de la collégiale de Mantes. Nul doute que les artisans, les architectes et les modèles circulent au XIIe siècle, époque où les constructions se multiplient simultanément en Île-de-France et dans le nord du pays.

La collégiale naît à une époque de conflits politiques auxquels se mêlent des conflits familiaux. L’enjeu était clair, il s’agissait de la possession du Vexin. Dans ce contexte, la position géographique de la ville était particulièrement stratégique. Elle était le centre et la clé de la Normandie. Ainsi, au fil des siècles, la présence royale a influencé l’architecture. À Mantes, les pôles religieux (la collégiale) et militaire (le château) ont transformé la physionomie d’une partie de la ville. Le statut royal que possédait autrefois la ville yvelinoise a joué un rôle non négligeable dans ce phénomène.

La construction de la collégiale actuelle, qui débuterait vers 1150[59] et non plus vers 1175 comme il était admis[60], trouve sa place dans une ville en plein essor[61]. Elle permet d’ores et déjà d’envisager une rivalité qui se traduit ici, non plus seulement sur le plan géographique, mais aussi sur le plan architectural. L’emplacement de la construction fut déterminé par plusieurs aspects non négligeables. Son implantation permet en effet de dominer la ville. De nos jours, elle est visible depuis les routes menant à Paris et à Rouen. Au Moyen Âge, elle devait déjà, avec le château et les murailles l’enserrant, signaler la présence, la puissance et la légitimité du pouvoir royal franc aux rivaux normands.

La conception d’une œuvre architecturale était liée au pouvoir politique et économique en place. La construction joue ici un rôle symbolique, dans une région-frontière empreinte aux conflits perpétuels entre le royaume franc et le duché de Normandie. D’autant plus qu’au XIIe siècle, « les Capétiens menaient une vaste politique d’empiètement par le biais du patronage de collégiales et d’abbayes (…) [62] ». À Mantes, la collégiale était restreinte à la seule entrée des chanoines, des souverains et des commensaux, ce qui nous incite à penser que ces derniers avaient une culture visuelle qui leur permettait de reconnaître certains partis pris dans l’architecture. Une interrogation demeure toutefois, ces partis pris étaient-ils volontaires, dans quelles mesures et dans quel but ? La question d’« une signification politique de l’architecture gothique du XIIe siècle[63] » et d’une architecture capétienne reste donc ouverte.

Fig. 20. Chœur de la basilique Saint-Denis. Cl. A. Warie.


[1] Prache A., Cathédrales d’Europe, Paris, Citadelles & Mazenod, 1999, p. 157.

[2] Plagnieux Ph., « Un chantier royal : Saint-Pierre de Montmartre (1131-1134). Louis VI le Gros et l’invention du gothique », Bulletin Monumental, 173, 2015, p. 5-37. Timbert A., « Existe-t-il une signification politique de l’architecture gothique du XIIe siècle ? L’exemple des chevets de Saint-Denis et de Saint-Germain-des-Prés », Cahiers de l’histoire de l’art, n° 4, 2007, p. 15-27. Prache A., « La place de la collégiale dans l’architecture gothique du XIIe siècle », Mantes médiévale : la Collégiale au cœur de la ville, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition tenue au Musée de l’Hôtel-Dieu à Mantes (17 déc. 2000 au 31 mai 2001), Paris, Somogy, Mantes-la-Jolie, Musée de l’Hôtel-Dieu, 2000, p. 94. Kimpel D., « Le langage politique de l’architecture gothique », Recht R. (dir.), Le monde des cathédrales, Paris, La documentation française, 2003, p. 57-82. Bruzelius C., “The construction of Notre-Dame in Paris”, The Art Bulletin, n° 69, 1987, p. 540-569.

[3] Lheure M., Le rayonnement de Notre-Dame de Paris dans ses paroisses, 1170-1300, Paris, Picard, 2010, p. 215-218.

[4] Guizot F. éd. de Orderic Vital, Histoire de Normandie, dans Collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France, depuis la fondation de la monarchie française jusqu’au 13e siècle, Paris, J.-L.-J. Brière, vol. 3, 1826, n° 68, p. 195 et 197.

[5] Gauvard C., La France au Moyen Âge du Ve au XVe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2015 (1ère éd. 1996), p. 255.

[6] La question d’une destruction partielle est ouverte.

[7] Guérard B. (éd.), Collection des cartulaires de France; cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, t. I, Paris, Imprimerie de Crapelet, 1840, p. 134 : Albericus, clericus de Medanta castro.

[8] Oboukhova I., La Collégiale Notre-Dame de Mantes aux XIIe-début du XIIIe siècle : approche historique à travers les textes et les documents, recherches sur la chronologie du chantier gothique, Erlande-Brandenburg A. (dir.), Paris : [s.n.], 2004, dactyl, annexe p. 3-4 : acte de Louis VI sur la donation des prébendes à Saint-Victor de Paris (1125). AN K 22A, n° 34. Honorius II confirme en 1126 à l’abbé de Saint-Victor de Paris le don fait l’année précédente par le roi avec l’accord de l’évêque chartrain Geoffroi de Lèves des annates des prébendes vacantes de l’ecclesia Sainte-Marie.

[9] Kimpel D., op. cit., 2003, p. 63.

[10] Gallia christiana, t. VIII, Parisiis, Ex typographia Regia, 1744, ‘Abbatiae dioecesis carnotensis’, p. 1210.

[11] Vital Jean Gautier, Pouillé du diocèse de Versailles, Paris, V. Palmé, 1876, p. 66.

[12] Moutié A., Mantes, histoire, monuments, environ, Chartres, Noury-Coquard, 1852, p. 67.

[13] Bernard A., Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, Imprimerie Nationale, t. IV, 1876-1903, p. 584. On y lit : Ego Symon, Medantensis comes, notum fieri [volumus omnibus] tam presentibus quam futuris, abbatiam Medantensis aecclesie Beatae Marie, cum omni beneficio pertinente ad eandem aecclesiam, quod Albericus, canonicus predicte aecclesiae atque omnes canonici ex me retinent, me dedisse Beato Petro Cluniacensis aecclesiae.

[14] Cassan A., Statistique de l’arrondissement de Mantes, Mantes, Chez Forcade, 1833, p. 247 ; Lewis (A. W.), « Deux lettres inédites du pape Lucius III pour la collégiale de Notre-Dame de Mantes », Bibliothèque de l’école des chartes, Paris, éd. École des Chartes, t. 161, 2003, p. 639.

[15] Lewis 2003, p. 637-643.

[16] Idem.

[17] Lheure 2010, p. 215 : « (…) une balle du pape Lucius III annonce aux chanoines qu’il interdit à leur abbé de s’emparer sans raison de leurs revenus ; l’abbé de l’époque était Philippe Auguste et c’est lui, en sa qualité de roi, qui distribuait les prébendes alors que le chantier, en pleine activité, nécessitait probablement ces prélèvements forcés. »

[18] Félibien M., Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denis en France, Paris, Chez Frederic Leonard, 1706, p. 114 ; Lachiver M., Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires : des origines à 1792, Meulan, 1971, §71, p. 451.

[19] Lachiver, 1971, §71.

[20] Expilly J.-J., Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Chez Desaint & Saillant, t. IV, 1766, p. 523. Voir aussi : Cassan 1833, p. 247. Oboukhova 2004 (b), annexe p. 5. Nous apprenons ici que « l’entière propriété de l’abbaye de Notre-Dame de Mantes » sera cédée aux religieux de Saint-Denis « aussitôt qu’elle sera vacante ». Ceci pourrait alors expliquer pourquoi aucune suite n’a été donnée à la cession.

[21] La question de la localisation de l’ancienne église sous la collégiale actuelle doit alors être posée. Il pourrait y avoir conservation partielle d’éléments architecturaux de l’ancienne église dans le nouvel édifice. Une prospection géo-radar au sein de la collégiale actuelle, ou des fouilles pourrait nous éclairer sur ces questions.

[22] Lachiver 1971, § 257.

[23] Heck C. (dir.), Moyen Âge, Chrétienté et Islam, Paris, Flammarion, 2005, p. 191.

[24] Dufaÿ B., « De Charlemagne à Henri IV, l’essor d’une ville médiévale », Mantes médiévale : la Collégiale au cœur de la ville, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition tenue au Musée de l’Hôtel-Dieu à Mantes (17 déc. 2000 au 31 mai 2001), Paris, Somogy, Mantes-la-Jolie, Musée de l’Hôtel-Dieu, 2000, p. 26.

[25] Lachiver 1971, § 41.

[26] Mayeur J.— m, Pietri C., Pietri L. (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours. Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), Paris, Desclée, t. V, 1993, p. 259.

[27] Oboukhova 2004 (b), p. 35.

[28] Oboukhova 2004 (b), p. 36 ; Mayeur (dir.), Pietri (dir.), Pietri (dir.) 1993, p. 260.

[29] Depreux P., « Le « siège du royaume » : enjeux politiques et symboliques de la désignation des lieux de pouvoir comme sedes regni en Occident (vie-xiisiècle) », Les villes capitales au Moyen Âge, actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 36ᵉ congrès, Istanbul, 2005, p. 303-326.

[30] Deux des frères de Louis VII — Philippe et Henri — et plus tard, Philippe Auguste, furent abbés de la collégiale. Lewis 2003, p. 638 : « Henri fut abbé de Mantes après la mort de Louis VI : Tardif J. (éd.), Archives nationales, Monuments historiques, Cartons des rois, Paris, 1866, p. 248-249, no 450 ([1137-1147]). Le frère puîné d’Henri, Philippe, lui succéda : AN, L 900, no 14 (Duchesne A. éd., Histoire généalogique de la maison royale de Dreux, Paris, 1631, Preuves, p. 228, d’après une copie). » ; Henri et Philippe sont également mentionnés comme abbés dans Gallia christiana, t. VIII, Parisiis, Ex typographia Regia, 1744, p. 1210 : Porro inter abbates Meduntenses, praeter hunc Henricum qui praeerat anno 1138. Chartae sancti Melonis Pontisarensis recensent Philippum frater ejus, anno 1147 (…).

[31] Berger S., Sandron D., « La maîtrise d’ouvrage, XIIe – XIVe siècle », Notre-Dame de Paris, Strasbourg, La Nuée bleue, 2012, p. 30.

[32] Oboukhova I., La collégiale royale de Notre-Dame de Mantes du milieu du XIIe siècle jusqu’à 1223. Ses bâtisseurs et ses particularités architecturales., C. Prigent (dir.), A. Erlande-Brandenburg (dir.), Paris, 2004, dactyl, p. 40 à 55

[33] Durand A., Grave E., La Chronique de Mantes, ou Histoire de Mantes depuis le IXe siècle jusqu’à la Révolution, 1883, p. 249.

[34] Cette investiture répondrait à l’aggravation de la crise politique présente le long de la frontière franco-normande en conséquence du divorce d’avec Aliénor d’Aquitaine et du remariage de celle-ci avec Henri II d’Angleterre. Kimpel D., Suckale R., L’architecture gothique en France 1130-1270, Paris, Flammarion, 1990 (trad.), p. 170-175.

[35] Lombard J., Étude sur la commune de Mantes, des originales au milieu du XIVe siècle, 1928, pièce justificative n° 1, p. 252 ; AN JJ 8: Ego Ludovicus Dei gratia Rex francorum aquitanorumque dux, notum (et cetera) quod pro nimia omppressione pauperum, communi consilio tam militum quam (?) urgensium, communitatem apud Meduntam, salva fidelitate sua et successorum suorum, et salvis monibus consuetudinibus, carissimus genitor noster bone memorie Ludovicus statuit, et auctoritate regia deorevit sub hoc tenore (…) Nos igitur piissimi patris nostri vestigiis inherentes, concessionem ipsius gratam habemus, et in posterum, Deo annuante, confirmamus quia ne valeat oblivione de hoc et cetera.

[36] Sassier Y., Louis VII, Fayard, 1991, p. 263

[37] Le prieuré a été fouillé par l’INRAP en 2007.

[38] Dans ce domaine, les études peinent concernant la collégiale de Mantes. L’histoire des relations des souverains capétiens avec les religieux mantais au XIIe siècle ainsi que l’histoire du chapitre à cette même époque, attendent leurs chercheurs.

[39] C’est sous l’invocation de la Vierge qu’elle fut placée par Robert le Pieux.

[40] Les revenus de cette confrérie, constitués partiellement d’amendes, servaient à payer les charges de la ville.

[41] Lachiver 1971, § 56 ; « Une fois élus, ils étaient nommés dans différentes commissions de la ville : celle de Notre-Dame, chargée de gérer les dons et les rentes de l’église, mais aussi de contrôler les travaux. (…) » François H., Bergougnoux S., « Une ville libre et florissante », Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville, 2000, p. 54-55.

[42] Lachiver 1971, § 42. 

[43] Lombard 1928. AMM non côté, p. 75.

[44] ADY, J3211/10 : Langlois E., Monographie communale, 25 août 1899, p. 18.

[45] Mayeur, Pietri,  Pietri (dir.) 1993, p. 260.

[46] Durand, Grave 1883, p. 3.

[47] Société d’émulation historique et littéraire, Bulletin de la Société d’émulation d’Abbeville, 1911, p. 475.

[48] Oboukhova 2004 (b), p. 77.

[49] Ce lien a de nouveau été confirmé : Berné D., Plagnieux Ph., « Le portail des Valois ou la remise en question du modèle chartrain », Naissance de la sculpture gothique : catalogue de l’exposition org. au Musée Cluny (10 oct. – 31 déc. 2018), Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018, p. 227-240.

[50] Nous tenons à remercier Bruno Phalip, professeur en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge à l’université de Clermont-Ferrand, de nous avoir aiguillée sur cette piste de réflexion.

[51] Sandron D., « Sens et Paris : deux cathédrales face au pouvoir », Saint-Etienne de Sens, La Première Cathédrale gothique dans son contexte [colloque organisé pour le 850e anniversaire de la consécration de la cathédrale de Sens, par la Société archéologique de Sens, 10-12 oct. 2014], Picard, 2017, p. 109-126.

[52] Idem.

[53] On les retrouve dans la nef de la prieurale de Saint-Leu-d’Esserent (1180-1210).

[54] Nous remercions Julie Colaye, doctorante en histoire médiévale à l’UPJV travaillant sur Les prieurés de Saint-Victor de Paris (XIIe-première moitié du XVIe siècle) : fonctionnement en réseau et implantation, pour sa collaboration.

[55] Prache A., « La place de la collégiale dans l’architecture gothique du XIIe siècle », Mantes médiévale : la Collégiale au cœur de la ville : ouvrage publié à l’occasion de l’exposition tenue au Musée de l’Hôtel-Dieu à Mantes (17 déc. 2000 au 31 mai 2001), Paris, Somogy, Mantes-la-Jolie, Musée de l’Hôtel-Dieu, 2000, p. 94.

[56] Bien que le rapport formel entre la collégiale de Mantes, collégiale royale, et la cathédrale parisienne soient évident, nous manquons d’études sur les relations politiques, religieuses et administratives entre ces deux monuments.

[57] Timbert 2007, p. 17.

[58] Prache 2000, p. 92.

[59] Prache 2000 ; Oboukhova2004 (a et b) ; Warie A., La collégiale Notre-Dame de Mantes et l’architecture gothique du XIIe siècle, A. Timbert (dir.), Paris, 2017, dactyl.

[60] Voir les travaux d’André Rhein et Jean Bony à ce sujet : Rhein A., « Notre-Dame de Mantes », Congrès Archéologique de France, 82e session, Paris, Société française d’archéologie, 1920, p. 210-226, Rhein A., Notre-Dame de Mantes, Paris, H. Laurens, 1932, Bony J., Notre-Dame de Mantes, Paris, Éditions du Cerf, 1947 et Bony J., « La collégiale de Mantes », Congrès archéologique de France, CIVsession, Paris, Société française d’archéologie, 1947, p. 164-220.

[61] Une nouvelle enceinte est construite. Le parvis de la collégiale est élargi. Un hôtel de ville est érigé sur une nouvelle place construite dans l’axe de la rue venant du port. C’est également à cet endroit qu’est construite l’église Saint-Maclou, paroisse des habitants, distincte de celles du château et des chanoines. Une maladrerie, située à l’extérieur de la ville, est attestée en 1190. Un hôtel-Dieu est construit aux alentours des années 1196-1197. Du château du XIIe siècle, il ne reste plus de traces. Dufaÿ B., « Aux origines de Mantes : un port carolingien nommé… “Le port” », Mantes médiévale : la Collégiale au cœur de la ville : ouvrage publié à l’occasion de l’exposition tenue au Musée de l’Hôtel-Dieu à Mantes (17 déc. 2000 au 31 mai 2001), p. 16-17. Dufaÿ B., « De la topographie à l’histoire : comprendre l’évolution des villes anciennes », Mappemonde, 67, 2002, p. 32-37. Dufaÿ 2000, p. 30.

[62] Lewis 2003, p. 639.

[63] Timbert 2007.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search