Communautés religieuses et espace urbain : quels choix d’implantation pour les communautés régulières de Rouen du Xe au XVe siècle ?

Lise Levieux, doctorante, Université de Rouen.



Siège d’un évêché puis d’un archevêché très puissant, la ville de Rouen semble dès le début de la christianisation propice à accueillir des communautés séculières comme régulières[1]. L’évêché de Rouen est effectivement l’un des premiers attestés en Gaule septentrionale puisque l’évêque Avitien aurait assisté au concile d’Arles de 314[2]. Les premiers évêques de Rouen s’attachent dès le IVe siècle à bâtir des édifices religieux afin de consolider le processus de christianisation en cours dans la région. Parmi ces évêques, Victrice (330-409) est à la fois le plus connu et le plus actif : il est l’une des figures de proue de la christianisation du diocèse[3]. Dans le De Laude Sanctorum, il est question que ce saint ait débuté la construction d’une des basiliques du groupe cathédral[4]. Ce dernier est mis en place en deux temps : la basilique septentrionale est construite autour des années 340-350 tandis que la basilique méridionale est érigée par Victrice aux environs de 395-396[5]. L’édification de ce complexe épiscopal demeure le point de départ à l’étude de la topographie religieuse de la ville puisque, malgré de multiples modifications, il reste en place du Moyen Âge à aujourd’hui (fig. 1).

Fig. 1. Le groupe épiscopal de Rouen du IVe au XIe siècle [dessin J. Le Maho, DAO S. Rioland] (LE MAHO J., « Groupes ecclésiaux de Normandie [IVe-XIe siècle] », Groupes cathédraux et complexes monastiques : le phénomène de la pluralité des sanctuaires à l’époque carolingienne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 87-100, planche 12).

Autour de ce noyau s’esquisse un réseau de petites basiliques suburbaines et de chapelles (fig. 2). Deux basilicae sont mentionnées dans les sources textuelles pour le haut Moyen Âge : la basilica sancti Martini[6] fondée au VIIe siècle sur les murs de la ville, et la basilica beati Petri apostoli, construite au VIe siècle au nord-est du castrum[7]. Cette dernière accueille vers 755 une communauté de moines et devient ainsi le premier monastère suburbain de la ville de Rouen[8]. Les autres édifices religieux demeurent plus difficiles à dénombrer et à localiser (fig. 2).

Fig. 2. Topographie religieuse de Rouen au VIIIe siècle © Lise Levieux.

Au IXe siècle, les invasions vikings contraignent les religieux à fuir la cité et à s’établir à l’intérieur des terres[9]. Ce n’est qu’au Xe siècle que les communautés monastiques reviennent dans la ville et récupèrent peu à peu les biens qui leur avaient été spoliés. Le Xe siècle apparaît donc comme le point de départ à l’installation de nouvelles communautés dans l’espace urbain rouennais. Ces communautés sont dites régulières car elles suivent une regula définissant en grande partie leur mode de vie mais également leur lieu d’implantation. Ainsi, le terme de régulier autorise la prise en compte de toutes les communautés suivant une règle de vie[10]. Les religieux s’installant dans la ville ou à proximité de celle-ci entre le Xe et le XVe siècle doivent trouver une place dans un tissu urbain de densité variable selon les secteurs et qui plus est en perpétuelle transformation. L’espace urbain s’étend à plusieurs reprises : d’abord à l’ouest du castrum durant le haut Moyen Âge, au nord entre le Xe et le XIIe siècle, puis à l’est à la fin du Moyen Âge. Ces nouveaux noyaux d’habitat sont successivement englobés par des enceintes qui influenceront les choix d’implantation des communautés (fig. 3). À la fin du Moyen Âge, la ville de Rouen comprend, à l’intérieur de la dernière enceinte médiévale, et dans ses faubourgs, une quinzaine d’établissements réguliers. Ces communautés s’installent en ville selon des logiques et des modalités d’implantation diverses liées tant à leur observance religieuse qu’à leur date d’arrivée ou aux contraintes de site.   

Fig. 3. Les enceintes de Rouen : hypothèse de restitution © Lise Levieux.

Ainsi, l’installation des communautés religieuses dans la ville de Rouen pose la question des facteurs ayant présidé à leur implantation : quels sont les acteurs décidant où installer les religieux ? Les lieux d’implantation choisis sont-ils le résultat d’un choix lié à l’observance de la communauté ou des contraintes de site ou encore des deux combinés ?

Pour cela, j’adopterai un plan chronologique en étudiant d’abord les modalités d’implantation des premières communautés rouennaises (Xsiècle –1220) puis nous aborderons l’insertion des Mendiants dans la ville pour finir par l’implantation des dernières communautés rouennaises.

Les modalités d’implantation des premières communautés religieuses

Après avoir fui la cité, certaines communautés religieuses reviennent à Rouen : tel est le cas des moines de Saint-Ouen, faisant leur retour solennel en 918 après avoir été rappelés par le duc Rollon (911-v. 933) mais également des chanoines de la cathédrale[11]. Utiliser le terme choix dans ces deux cas serait bien trop fort puisque les religieux reviennent dans leur lieu de vie antérieur aux invasions du IXe siècle. Le complexe cathédral est édifié dans l’endroit le plus pragmatique au sein du tissu urbain antique tandis que les moines de Saint-Ouen sont introduits par l’évêque Rémi au VIIIe siècle dans la basilique Saint-Ouen alors située à l’extérieur du castrum[12].

La fin du Xe siècle, et plus encore le XIe siècle, est le temps de la mise en place des monastères bénédictins. Fondés à l’instigation des ducs de Normandie ou de grands seigneurs locaux, ces établissements sont majoritairement construits à l’extérieur de la ville : les nouvelles fondations sont édifiées à une distance telle qu’elles ne seront pas rattrapées par l’urbanisation avant le XVIe siècle (fig. 4). La fondation de deux grandes abbayes bénédictines au cours de ce siècle présente deux cas de figure. Ces deux établissements sont fondés par Gosselin († 1047), vicomte d’Arques, et par sa femme Émeline. Le vicomte choisit de fonder ou de refonder le monastère de Saint-Amand et y introduit des moniales vers 1042 ; de l’autre côté, il fonde le monastère de Sainte-Catherine-du-Mont, sur le mont Gargan, à l’est de la ville[13]. La configuration des deux sites est différente : une insertion urbaine au sein du castrum, et sans doute à l’emplacement d’un ancien monastère d’une part, et une fondation ex nihilo sur un site naturel ou tout du moins sur un site occupé de façon discontinue avant l’arrivée des moines de Sainte-Catherine d’autre part (fig. 5). Or le vicomte ne bafoue pas la règle bénédictine en (ré)installant des moniales e n plein centre urbain : il est assez courant d’installer des religieuses à l’abri des murailles afin de les protéger des dangers du monde extérieur. Du reste, les ducs et seigneurs locaux ont globalement respecté les préceptes de la règle bénédictine prônant un éloignement face aux vicissitudes du monde extérieur : l’abbaye Saint-Ouen fait édifier le prieuré Saint-Michel au pied de la côte Sainte-Catherine à la fin du Xe siècle[14] ; le prieuré de Notre-Dame-du-Pré est fondé en 1063 par le duc Guillaume le Conquérant (1035-1087) sur la rive gauche alors encore très rurale[15] ; l’église Saint-Gervais sur le plateau nord-est de la ville est érigée en prieuré au XIe siècle [16]; enfin, vers la fin du XIe siècle, l’abbaye de Montivilliers fonde le prieuré Saint-Paul en contrebas du Mont-Gargan[17].

Fig. 4. Localisation des prieurés et monastères bénédictins © Lise Levieux.
Fig. 5. L’abbaye Sainte-Catherine-du-Mont sur la vue de Jacques le Lieur (DELSALLE L.-R., Rouen à la Renaissance sur les pas de Jacques Le Lieur, Rouen, Librairie l’Armitière, 2007, p. 23).

Dès lors, le mode d’implantation des communautés bénédictines est caractérisé par une unique implantation éloignée d’au moins un kilomètre du centre urbain (tab. 1). Les ordres issus de l’érémitisme suivent les mêmes modalités d’implantation. Rouen compte avant le XIIIe siècle, une seule implantation d’inspiration érémitique : le prieuré de Grandmont. Le chapitre 30 de la règle de Grandmont prévoyant l’édification d’une nouvelle maison est intitulé De nemoribus potendis. Le mot Nemus signifiant « les bois » tend à montrer que les Grandmontains préféraient s’établir dans des forêts et non dans la ville. Ce chapitre n’explicite pas dans quel type de forêt les religieux doivent s’installer mais expose plutôt les moyens pour l’acquérir. Quoi qu’il en soit, les Grandmontains s’installent souvent dans des milieux forestiers[18]. L’implantation de cet ordre en Angleterre et en France est favorisée par les Plantagenêts. De ce fait, l’établissement de ces religieux à Rouen doit beaucoup à Henri II, duc de Normandie (1151-1189) et roi d’Angleterre (1154-1189). En octroyant un emplacement dans la forêt, puis, parce que les religieux sont incommodés par des chasseurs, un lieu dans son parc de Grandmont, le duc respecte la règle grandmontaine (fig. 6)[19]. Ce duc se conforme, dans le cadre des fondations rouennaises, aux modalités d’implantation communément admises à l’époque. Ainsi, lorsqu’il fonde la léproserie de Petit-Quevilly ou refonde la léproserie du Mont-aux-Malades, il tient à ce que ceux-ci soient éloignés de la ville. Cette distance s’explique davantage par la nécessité pour les malades de respirer un air sain que par l’image négative des lépreux véhiculée au Moyen Âge (fig. 7)[20].

Fig. 6. Un établissement semi-érémitique au XIIe siècle : le prieuré de Grandmont © Lise Levieux.
Fig. 7. Localisation des léproseries sur le plan Magin (BnF GE DD-2987 [1019]) : la léproserie Saint-Julien se situe à Petit-Quevilly sur la rive gauche ; le prieuré Saint-Thomas ou du Mont-aux-Malades se situe dans le village du même nom.

Une seule communauté de chanoines réguliers s’établit dans la ville de Rouen. En effet, des chanoines sont introduits par décision du pape et de l’évêque de Coutances dans le prieuré Saint-Lô. Ce prieuré, situé dans le castrum de Rouen, facilitait leur fonction apostolique (fig. 8)[21].

Fig. 8. Localisation du prieuré Saint-Lô © Lise Levieux.

Les premières implantations religieuses de Rouen se caractérisent par des implantations pérennes sur des sites peu habités et éloignés de la ville. Les acteurs participant aux choix de ces implantations se conforment aux règles monastiques et canoniales. À l’exception de Saint‑Amand et de Saint-Ouen, les établissements bénédictins fondés au XIe siècle ne seront jamais englobés par une enceinte même si l’urbanisation les rattrape progressivement. En outre, d’après les actes de la pratique, l’acquisition d’un lieu propice pour l’établissement d’un monastère ou d’un prieuré pose peu de difficultés. Or cette liberté de choix tend à s’amenuiser à partir du XIIIe siècle. Le phénomène des ordres mendiants apparaît comme paradoxal : les frères sont profondément liés au système urbain dans lequel ils s’insèrent, mais la densification de l’habitat, tant dans la zone intra-muros qu’extra-muros, se présente comme un obstacle à l’insertion de ces communautés dans le tissu urbain. Les religieux doivent alors chercher le soutien des bourgeois, et également de l’archevêque ou du roi, pour constituer leur enclos.

L’insertion des Ordres mendiants (1220-1336)

Dans les années 1970, Jacques Le Goff établit que les frères mendiants s’installent en périphérie de la ville puis entrent progressivement dans la ville[22]. Ce schéma demeure incontestable. L’implantation des Mendiants se distingue des premières implantations monastiques par la difficulté à s’insérer dans la ville où la pression urbaine est déjà forte au XIIIe siècle. Cette difficulté se manifeste, en ce qui concerne les implantations, par la nécessité d’avoir une première implantation hors la ville le temps d’acquérir la place suffisante pour s’installer dans la ville close.

Les premières communautés mendiantes s’installent grâce au soutien des archevêques (fig. 9). Les Dominicains sont probablement appelés dans la ville de Rouen par l’archevêque Thibaud d’Amiens (1222-1229). Ce dernier leur aurait donné vers 1224 le manoir Saint‑Mathieu longeant l’axe de traversée de la Seine sur la rive gauche de la ville[23]. Les Franciscains s’installent dans la ville peu de temps après. Pour ce faire, Geoffroi de Capreville, chanoine de la cathédrale de Rouen, donne en 1228 à l’archevêque de Rouen et au chapitre de la cathédrale, une place dans la paroisse Saint-Maclou afin d’y installer les Franciscains. Ces derniers pourront y édifier une chapelle et autres bâtiments utiles à la communauté[24].

L’insertion des Franciscains et des Dominicains dans la ville close doit beaucoup au soutien des archevêques Eudes Clément (1245-1247) et Eudes Rigaud (1248-1275), du roi saint Louis (1226-1270) et des bourgeois de Rouen (fig. 10).

En 1243, Louis IX souhaite donner aux Dominicains la place de la Haute-Vieille-Tour où se trouve l’ancien palais ducal[25]. Néanmoins, en 1245, le chapitre s’oppose au transfert des Dominicains sur la place de la Vieille Tour[26]. L’arrivée d’Eudes Clément à l’archiépiscopat de Rouen favorise leur entrée dans la ville. Les frères disposent, grâce aux donations de bourgeois, de plusieurs terrains situés dans la rue Brasière entre septembre et décembre 1246[27]. Avant l’Épiphanie 1246-1247, Eudes Clément, avec l’approbation de son chapitre, autorise les Dominicains à quitter leur implantation de la rive gauche pour occuper le terrain qu’ils achètent au même moment aux Filles-Dieu, entre la nouvelle muraille occidentale et la rue Brasière, situé à proximité des terrains acquis en 1246[28].

Grâce à diverses transactions, Bertin du Chastel, dont les membres de la famille ont brigué à plusieurs reprises le mandat de maire, entre en possession de la place dite du Donjon sans doute nommée pour son lien avec un ancien palais ducal. Il octroie cette place aux Franciscains en 1248. Cette donation est confirmée par Eudes Rigaud et Louis IX. Avant leur installation à Noël 1249, l’emplacement du Donjon est agrandi grâce aux donations de divers bourgeois rouennais tels Robert Bertrand ou Lucas de Cabourg[29].

Dans les années 1260, les Carmes décident de s’établir sur la rive gauche de Rouen au débouché du pont à proximité de la chapelle Saint‑Yves (Fig. 9)[30]. Saint Louis et Eudes Rigaud apportent leur soutien, certes passif, aux Carmes. Les religieux semblent vouloir s’installer définitivement dans ce lieu puisque le terrain où se situe leur couvent est amorti en 1308 alors qu’ils y résident depuis près de quarante ans[31]. Contrairement aux Dominicains ou aux Franciscains, leur insertion dans la ville n’est pas le résultat d’un choix propre à la communauté, mais est davantage liée à une nécessité[32]. En effet, dans les années 1330, ils se plaignent au roi des multiples inondations qu’ils subissent. Le 21 juin 1337, Philippe VI (1328‑1350) amortit une nouvelle place dans la ville aux frères (Fig. 10). Il affirme que comme les religieux ne pouvaient « illec édifier pour la ruine et pour les eaus qui trop les grievent », ils supplièrent humblement le roi qu’il amortisse une place qu’il avait acquise dans la ville de Rouen[33].

Les derniers frères à s’établir – tardivement – à Rouen sont les Augustins (fig. 11). Au début du XIVe siècle, ils se contentent dans un premier temps d’une installation à Bihorel[34]. Ce n’est qu’en avril 1309 que le roi Philippe IV (1285-1314) octroie aux Augustins l’ancien établissement des frères sachets ­­– ordre supprimé lors du concile de Lyon de 1274 – situé dans la paroisse Saint-Maclou (Fig. 10)[35]. Cette donation marque la fondation du couvent des Augustins rouennais[36].

Fig. 11. Localisation de Bihorel où sont implantés les Augustins (Carte de Cassini [B.N.F. ark:/12148/btv1b7711534p]).

L’insertion dans la ville paraît primordiale pour les Dominicains, les Franciscains et les Augustins. Au contraire, les Carmes se contentent d’une place aux portes de la ville : ce lieu semble approprié aux prédications puisque les allées et venues à proximité du couvent sont assez fréquentes. Néanmoins, qu’en est-il des sœurs mendiantes ? Au XIIIe siècle, seules les Dominicaines s’installent à Rouen. En juin 1259, saint Louis concède à Eudes Rigaud le Vivier de Martainville et ses dépendances contre quarante-cinq livres de rente à payer au domaine royal[37]. Deux ans plus tard, le roi renonce à cette rente à condition que l’archevêque cède le manoir de Saint-Mathieu[38]. Le même mois, le chapitre de Rouen confirme cet échange[39]. En juin 1264, Louis IX installe les Dominicaines dans le manoir Saint-Mathieu autrefois occupé par les Dominicains (fig. 12)[40]. Cependant, ce n’est qu’en août 1269 qu’il organise leur implantation définitivement en les plaçant sous la garde des Dominicains et en finalisant la donation du manoir[41]. Par conséquent, les Dominicaines récupèrent l’ancien lieu de vie des Dominicains. Alors que les pouvoirs religieux et laïques aident les frères mendiants à entrer en ville, ils octroient aux religieuses une place à l’extérieur de celle-ci. Les religieuses sont volontairement mises à distance de la ville et des autres couvents masculins insérés dans la ville. Cet emplacement favorise le confinement préconisé pour les Dominicaines lequel est accentué par les hauts murs dont elles se dotèrent au Moyen Âge. Cependant, cet isolement n’est pas complet. En effet, bien que l’environnement autour du couvent soit relativement peu habité, le couvent longe l’un des grands axes menant aux campagnes, villages et villes au sud de la ville. Cet emplacement permet donc à la fois au couvent d’être confiné et d’être reconnu par la population. Le site d’implantation des Dominicaines ne doit pas étonner : il illustre parfaitement la spécificité des sœurs mendiantes dont le mode d’implantation se rapproche davantage du modèle bénédictin que de celui des frères mendiants.

Fig. 12. Site d’implantation du couvent des Dominicaines © Lise Levieux.

En somme, les frères mendiants cherchent dès le début à entrer dans la ville. Pour cela, ils ont souvent recours à une installation provisoire en attendant qu’on leur octroie une place de choix à l’intérieur de la ville, principalement à proximité de l’enceinte. Les Carmes et les Dominicaines paraissent au contraire vouloir rester sur la rive gauche, lieu propice à la fonction pastorale des Mendiants. Cependant, les premiers sont obligés de partir à cause des inondations tandis que les secondes demeurent sur le terrain qu’on leur avait donné : leur lieu d’implantation est un peu plus éloigné que celui des Carmes et leurs hauts murs leur confèrent sans doute une protection toute relative face aux crues de la Seine. Il semble difficile de parler de choix d’implantation au XIIIe siècle : les communautés, principalement mendiantes, s’installent dans des lieux peu densément habités et plus spécifiquement à l’emplacement constitué par les fidèles pour édifier leur couvent. Ils sont tributaires des bourgeois de Rouen, mais également de la volonté de l’archevêque et du roi pour entrer dans la ville. S’il est si difficile de s’implanter en ville au XIIIe siècle, comment de nouvelles communautés réussissent-elles à s’y établir aux XIVe et XVe siècles ?

Quel type d’implantation pour les dernières fondations urbaines ?

La vague d’implantation mendiante au XIIIe siècle est la plus importante que connut la ville de Rouen. À la fin du Moyen Âge, les fondations de monastères et couvents à Rouen sont peu nombreuses. Cette diminution des implantations dans la ville s’explique d’une part, par le fait que l’espace urbain est saturé, et d’autre part par la volonté de retour aux sources et à la règle primitive. Hormis les Mendiants et les chanoines, les religieux ne cherchent pas activement la proximité de la ville.

Les religieux, adoptant la règle de saint Augustin, demeurent dans la ville. Ainsi, après avoir été expropriées par les Dominicains au XIIIe siècle, les Filles-Dieu, régularisées au XIVe siècle, se voient octroyer une place dans la rue du Vieux-Palais (fig. 13)[42]. Les Béguines, vivant dans la paroisse Saint-Éloi au XIIIe siècle, connaissent un sort similaire : elles sont obligées de s’installer dans la rue des Béguines en 1419 (fig. 13)[43]. Les communautés hospitalières se sont également établies dans la ville. L’Hôtel-Dieu situé dans le cloître de la cathédrale est desservi par deux communautés canoniales, l’une féminine, l’autre masculine, ayant adopté la règle de saint Augustin au XIIe siècle (fig. 14)[44]. De manière générale, les Hôtels-Dieu médiévaux sont souvent implantés à proximité de la cathédrale, près d’un cours d’eau ou de routes de pèlerinage. Les chanoines décident au XIIIe siècle d’établir l’Hôtel-Dieu au lieu-dit de Nid-de-Chien, à l’est de Rouen, afin que les malades bénéficient d’un air plus sain. Au XIVe siècle, ils s’installent de nouveau au sud de la cathédrale. Cette insertion en ville est certainement facilitée par le soutien des habitants : la fonction hospitalière de l’Hôtel-Dieu paraît vitale pour la ville et celui-là est, au XIIIe siècle, trop éloigné pour les habitants[45]. Un autre établissement hospitalier mérite d’être signalé : il s’agit des Antonins installés dans l’ancien couvent des Billettes, situé face à l’église Saint-Jean, en 1392 (fig. 14)[46].

Trois autres communautés s’installent dans la ville ou à proximité de celle-ci de la fin du XIVe siècle au XVe siècle (fig. 15). Ces dernières ont comme caractéristique commune de vouloir retourner à la règle primitive et de s’éloigner de la ville.

Fig. 15. Les dernières communautés s’installant à Rouen entre la fin du XIVe siècle et la fin du XVe siècle © Lise Levieux.

En 1384, l’archevêque Guillaume Lestrange donne aux Chartreux, ordre issu de l’érémitisme, une place dans la paroisse Saint-Hilaire caractérisée par son aspect rural[47]. Malgré sa position excentrée par rapport à la ville, la construction du monastère conduit à la disparition de deux manoirs (fig. 16-17)[48].

Le couvent des Célestins de Rouen est fondé dans un contexte particulier (fig. 18). Rouen est occupée par les Anglais de 1418 à 1449[49]. Le monastère des Célestins n’est donc pas, contrairement aux fondations précédentes, lié à la monarchie française. En effet, le monastère des Célestins est fondé par Jean, duc de Bedford (1414‑1435), en 1430[50]. Cependant, le roi Henri VI (1422-1461), qui devait tant à ce duc, s’attribua, une fois adulte, le titre de fondateur dans la charte du 23 mai 1445 datée de Westminster. Par cet acte, il cédait aux Célestins tout le droit qu’il pouvait avoir, à titre de succession, de confiscation ou de forfaiture, sur le manoir du Joyeux Repos, qu’il déclare compris dans les acquêts de Jean duc de Bedford et d’Anne de Bourgogne, sa femme[51]. Lorsque le duc de Bedford accorde aux Célestins une place dans la ville, il choisit un lieu récemment protégé par une enceinte urbaine, dans la paroisse Saint‑Vivien, dont le caractère dominant consiste dans la présence de prés, de jardins et de vergers (fig. 19-20). Par conséquent, il respecte la volonté d’isolement de ces religieux puisque l’espace compris enserré dans la dernière enceinte est semi-rural.

C’est dans ce même lieu que les Clarisses sont installées à la fin du XVe siècle (fig. 21). La fondation du monastère des Clarisses répond à un processus plutôt court si on le compare à la fondation des couvents Mendiants du XIIIe siècle (fig. 22)[52]. En effet, si les religieux ont souvent mis du temps à rassembler la place nécessaire à l’édification de leur monastère, il ne fallut qu’une seule donation au sieur d’Estouteville pour fonder le monastère des Clarisses de l’Observance en 1485[53]. Ce terrain est acquis en 1480, amorti un an après, et deux ans suffirent à édifier un monastère apte à accueillir les religieuses. Les actes relatifs à cette fondation indiquent que le lieu choisi par Jean d’Estouteville est un lieu plus rural qu’urbain : quelques maisons, des jardins, un champ d’une grande étendue en sont la preuve.

Les implantations des communautés religieuses dépendent de logiques diverses liées à plusieurs facteurs. Les principaux facteurs influençant le choix d’implantation sont la date d’arrivée, l’observance de la communauté, les soutiens et la densité du tissu urbain. Au début de notre période (Xe-XIIe siècles), les moines bénédictins réussissent sans trop de difficultés, et grâce à de puissants soutiens, à s’installer aux abords de la ville. Les chanoines, quant à eux, s’installent dans des établissements existant avant le Xe siècle. La difficulté à s’implanter dans la ville survient au XIIIe siècle. En effet, tandis que l’expansion démographique, la croissance et la pression urbaines sont fortes, de nouveaux ordres, typiquement urbains, apparaissent. Ces derniers sont alors contraints de recourir à une implantation provisoire en attendant d’acquérir une place assez vaste dans la ville pour y construire leur couvent. À la fin du Moyen Âge, peu de communautés cherchent à s’installer dans la ville ou tout du moins dans l’enceinte du XIIIe siècle. Les seules communautés s’installant dans ce secteur sont celles ayant une vocation apostolique ou hospitalière. Les autres communautés, prônant un retour aux sources, s’établissent dans des zones semi-rurales (dans la dernière enceinte rouennaise), voire rurales à plusieurs kilomètres de la ville.

Au début du XVIe siècle, six monastères et couvents se situent à l’intérieur du castrum, six sont situés dans l’enceinte du XIIIe siècle et deux dans la dernière enceinte rouennaise. On compte, à l’extérieur de la ville, huit établissements réguliers, dont cinq monastères bénédictins, deux établissements érémitiques et le couvent des Dominicaines. Quel que soit leur lieu d’implantation, les communautés religieuses ont gelé des portions non négligeables de l’espace urbain rouennais et de ses alentours (tab. 2 ; fig. 23).

Fig. 23. Localisation et emprise des établissements réguliers à la fin du XVe siècle.


[1] Depuis le milieu du VIIIe siècle, le chef de l’église de Rouen, devenu archevêque, a autorité sur un vaste diocèse qui s’étend de l’embouchure de la Seine jusqu’à Pontoise (Le Maho J., « Rouen au haut Moyen Âge », Rouen : 76/2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004, p. 268‑297, en part. p. 268).

[2] Gauthier N., Topographie chrétienne des cités de la Gaule. IX, Province ecclésiastique de Rouen, Lugdunensis secunda : des origines au milieu du viiie siècle, Paris, De Boccard, 1996, p. 29.

[3] Le Maho J., Cathédrale Notre‑Dame de Rouen, fouilles de la cour des Maçons, deuxième tranchée de travaux, Rouen, Service régional d’Archéologie de Haute‑Normandie, 1992, p. 1

[4] « Basilicae spatium cupidus aedificator arripui… Fundamenta iecimus, parietes in longum duximus ” (Herval R., Origines chrétiennes de la IIe Lyonnaise gallo‑romaine à la Normandie ducale [IVe‑XIe siècles] : avec le texte complet et la traduction intégrale du ” De laude sanctorum ” de saint Victrice [396], Rouen, H. Maugard, 1966, p. 152‑153).

[5] Le matériel céramique et monétaire recueilli dans les tranchées de fondation de la basilique septentrionale et dans les couches sous‑jacentes des niveaux de construction n’est pas postérieur au ive siècle : la monnaie la plus récente est une imitation constantinienne frappée après 330 alors que le lot de céramique associé est daté de la première moitié du IVe siècle (Le Maho J., « Groupes ecclésiaux de Normandie [IVe‑XIe siècle] », Groupes cathédraux et complexes monastiques : le phénomène de la pluralité des sanctuaires à l’époque carolingienne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 87‑100, en part. p. 88).

[6] Gauthier 1996, p. 33 ; Le Maho J., « Recherches sur les origines de quelques églises de Rouen (VIe‑XIe siècles) », Bulletin Départemental de la Commission des Antiquités de Rouen, 43, 1996, p. 143‑205 en part. 194; Vieillard‑Troiekouroff M., « Les monuments religieux de Rouen à la fin du vie siècle d’après Grégoire de Tours et Fortunat », Centenaire de l’abbé Cochet, Tome III, La période mérovingienne, Rouen, Lecerf, 1976, p. 511‑520 en part. 515‑517.

[7] Gauthier 1996, p. 33.

[8] Le Maho 2004, p. 277.

[9] Galhaut C., Les premiers monastères normands des origines aux attaques scandinaves, mémoire de master 2 soutenu en 1995, sous la dir. de J.‑P. Leguay, université de Rouen, 1 vol., dactyl. ; Le Maho J., « Les Normands de la Seine à la fin du IXe siècle », Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie : colloque de Cerisy‑la‑Salle, 25‑29 septembre 2002, Caen, publications du CRAHAM, 2005, p. 161‑179.

[10] Caby C., « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 124‑1, 2012, § 2.

[11] Schney H., Histoire des bâtiments conventuels de l’abbaye de Saint‑Ouen de Rouen Ie‑XIXe siècle, mémoire de master 2 soutenu en 1994, sous la dir. de J. Le Maho, université de Rouen, 3 vol. dactyl., p. 24 ; Fauroux M., Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, Caron, 1961, p. 20 ; Le Maho 2005, p. 169‑170.

[12] Le Maho 2004, p. 277.

[13] A.D.S.M. 55 H 8 ; Le Cacheux M.‑J., Histoire de l’abbaye de Saint‑Amand de Rouen : des origines à la fin du xvisiècle, Caen, Société d’impression de Basse‑Normandie, 1937, p. 39 ; Chéruel A., Normanniae nova chronica ab anno Christi CCCCLXXIII ad annum MCCCLXXVIII, e tribus chronicis mss. Sancti Laudi, Sanctae Catharinae et Majoris ecclesiae Rotomagensium collecta…, Caen, A. Hardel, 1850, p. 3 ; Fauroux 1961, p. 221‑222.

[14] A.D.S.M. 14 H 145. L’église Saint‑Michel aurait été donnée par un certain Raoul Torte. Raoul la Tourte était un agent – ou encore un fondé de pouvoir – de Louis IV d’Outremer (920‑954) pendant la minorité de Richard Ier (932‑996) (Dudon De Saint Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair [Éd.] Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, 3e série, vol. 3, seconde partie, Caen, Le Blanc Hardel, 1865, p. 248‑249).

[15] Fauroux 1961, p. 27.

[16] Fauroux 1961, p. 129 ; Le Maho 1996, 175.

[17] Fauroux 1961, p. 234‑235 ; Priem G., « L’ancienne église Saint‑Paul de Rouen, prieuré de l’abbaye de Montivilliers », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 27, 1970 p. 3‑14 en part. p. 3‑6.

[18] Dubois J., « Grandmontains et chartreux, ordres nouveaux du XIIie siècle », L’Ordre de  Grandmont : art et histoire, actes des journées d’étude de Montpellier, 7 et 8 octobre 1989, Montpellier, Études sur l’Hérault, 1992, p. 3‑22, en part. p. 7.

[19] Delisle L., Berger É., Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie : concernant les provinces françaises et les affaires de France, vol. 2, Paris, C. Klincksieck, 1920, p. 350‑352 et p. 353‑356.

[20] FARIN F., Histoire de la ville de Rouen. Troisième édition. Sixième partie. Contenant la suite des prieurez, & toutes les autres communautez religieuses, Rouen, Louis du Souillet, 1731, p. 25‑26 ; Brenner E., Leprosy and charity in medieval Rouen, Woodbridge, The Boydell Press, 2013, p. 344 ; Marec Y., Les hôpitaux de Rouen : du Moyen Âge à nos jours, Rouen, Éd. PTC, 2005, p. 35‑36.

[21] Arnoux M., Des clercs au service de la réforme : études et documents sur les chanoines réguliers de la province de Rouen, Turnhout, Brepols, 2000, p. 68‑69.

[22] Le Goff J., Apostolat mendiant et fait urbain dans la France médiévale : l’implantation des ordres mendiants programme‑questionnaire pour une enquête, Paris, A. Colin, 1968 ; Le Goff J., « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, 25, 1970, p. 924‑946.

[23] Farin 1731, p. 37‑38 ; Éloy J.‑L., Cinq siècles d’histoire religieuse normande : le couvent de Saint‑Jacques de Rouen (1224‑1790), Vire, E. Lecvire, 1965, p. 14 ; A.D.S.M. 36 H 36.

[24] A.D.S.M. 35 H 2.

[25] Delisle L., Cartulaire normand de Philippe‑Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi, Genève, Mégariotis Reprints, 1978, p. 74 ; Éloy 1965, p. 21.

[26] A.D.S.M. G 3658.

[27] A.D.S.M. 36 H 36.

[28] A.D.S.M. 36 H 36.

[29] A.D.S.M. 36 H 36.

[30] Tabbagh V., « Établissements et rayonnement des frères mendiants à Rouen (XIIIe‑XVe siècle) », Gens d’Église, gens de pouvoir : France, XIIIe‑XVe siècle, vol. 2, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2006, p. 10‑53 en part. p. 17 ; Farin 1731, p. 65‑66 ; Bonnin Th., Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis : journal des visites pastorales d’Eude Rigaud, archevêque de Rouen 1248‑1269, Rouen, Le Brument, 1852, p. 638.

[31] A.D.S.M. 32 H 2.

[32] Tabbagh 2006, p. 18.

[33] A.D.S.M. 32 H 2.

[34] Farin 1731, p. 81‑82.

[35] A.D.S.M. 29 HP 2 ; Farin 1731 p. 81‑82 ; Bériou N., « Introduction », Économie et religion : l’expérience des ordres mendiants, xiiie‑xve siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009, p. 10.

[36] A.D.S.M. 29 HP 2. 

[37] A.D.S.M. G 1089.

[38] A.D.S.M. 68 H 5 ; A.D.S.M. G 1090.

[39] A.D.S.M. 68 H 5

[40] A.D.S.M. 68 H 5 ; Delisle 1978 p. 151–152.

[41] Delisle 1978 p. 170–171.

[42] A.D.S.M. 36 H 36 ; Chaubé F., « Les Filles‑Dieu de Rouen aux XIIIe‑XVe siècles. Étude du processus de régularisation d’une communauté religieuse », Revue Mabillon, 1990(1), p.179‑211 en part. p. 191.

[43] A.D.S.M. G 9195.

[44] Eude Th., Le Prieuré Sainte‑Madeleine de l’Hôtel-Dieu de Rouen, Rouen, Les affiches de Normandie, 1970, p. 10‑13.

[45] Eude 1970, p. 9, p. 18 et p. 23.

[46] A.D.S.M. G 9330

[47] A.D.S.M. 27 HP 2.

[48] Le monastère se situe à près de quatre kilomètres du centre urbain et à trois kilomètres de l’enceinte rouennaise.

[49] Mollat Du Jourdin M., « Une expansion différée par la guerre (1382‑environ 1475) », Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1984, p. 123‑144, en part. p. 127‑135.

[50] Farin 1731, p. 86‑87 ; A.D.S.M. 14 H 18, Acte 569, f ° 455.

[51] A.D.S.M. G 9195. Le titre de fondateur de ce couvent semble prisé puisque Charles VII, après avoir repris Rouen, s’empare également de ce titre. Dans un acte d’octobre 1449, il leur confirme la possession du manoir de Canteraine : il met pour condition à cette prétendue donation qu’ils le reconnaîtraient pour leur premier fondateur et qu’il leur donnait lui‑même ce manoir (A.D.S.M. G 9204). Les Célestins reconnaîtront Charles VII comme premier fondateur tout en gardant le nom donné par Henri VI : le monastère Notre‑Dame‑du‑Val.

[52] A.D.S.M 65 H 1.

[53] A.D.S.M 65 H 1.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search